Réunion de Chypre et Riyad visitent les derniers exemples de coalitions régionales qui se réunissent

ATHÈNES: Des intérêts communs rassemblent des coalitions régionales de pays partageant les mêmes idées au Moyen-Orient et en Méditerranée orientale – favorisant la stabilité, luttant contre l’extrémisme et respectant le droit international – dans des formats bilatéraux et multilatéraux.

Les derniers exemples de cet activisme diplomatique sont la réunion des ministres des Affaires étrangères de la Grèce, d’Israël, de Chypre et des Émirats arabes unis qui a eu lieu vendredi; et la prochaine visite du ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias et du ministre de la Défense Nikos Panagiotopoulos en Arabie saoudite.

Les pourparlers à quatre dans la ville chypriote de Paphos ont marqué la première fois que les Émirats arabes unis participaient à l’un des forums multilatéraux créés dans l’est de la Méditerranée depuis 2010.

À Riyad, Dendias et Panagiotopoulos signeront un accord sur le statut des forces qui ouvrira la voie au développement d’une batterie antimissile Patriot-2 en Arabie saoudite afin d’aider le Royaume dans sa lutte contre la milice houthie au Yémen voisin.

«Le réseau évolutif de coopération régionale crée un nouveau récit, qui brise le plafond de verre du récit dominant et restrictif de notre quartier en tant que région de troubles, de conflits et de crises», a déclaré Nikos Christodoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères et animateur de la réunion de Paphos.

Les pourparlers à quatre bénéficieront de la récente normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis, et pourraient offrir à ces derniers l’occasion de se joindre à d’autres efforts régionaux.

«Un partenariat qui comprend à la fois Israël et les Émirats arabes unis est très important pour la stabilité régionale», a déclaré Dendias. «Nous nous félicitons également d’autres initiatives régionales entreprises dans le but de la paix régionale, telles que l’Accord d’AlUla, ainsi que l’initiative saoudienne qui vise à ramener la paix dans le conflit au Yémen.»

Spyridon N. Litsas, professeur de relations internationales à l’Université de Macédoine en Grèce et à l’Académie Rabdan à Abu Dhabi, a déclaré à Arab News: «La réunion de la Grèce, des Emirats Arabes Unis, de Chypre et d’Israël à Paphos signale deux faits principaux. Premièrement, les EAU et Israël semblent capables et désireux de contribuer conjointement à la stabilisation de la région. Deuxièmement, la dissuasion diplomatique intelligente prend une forme plus définitive et vise à contrer le révisionnisme turc dans la région.

Les actions d’Ankara en Méditerranée orientale et son soutien aux Frères musulmans ont soulevé des préoccupations régionales.

«Des alliances sont formées soit pour équilibrer la menace d’un agresseur, soit pour équilibrer le pouvoir d’un acteur révisionniste», a déclaré Litsas.

«La Grèce, les Émirats arabes unis, Chypre et Israël prouvent que des alliances peuvent également être formées sur la base d’une approche intelligente de l’atavisme d’ismnkara. La Turquie produit plus de révisionnisme que les États voisins ne peuvent tolérer. »

La visite des ministres grecs des Affaires étrangères et de la Défense à Riyad a pris du temps, car elle a été reportée en raison de la pandémie de coronavirus.

Athènes souhaite renforcer sa coopération en matière de défense avec l’Arabie saoudite, comme elle l’a fait avec les Émirats arabes unis.

Des avions de combat saoudiens F-15 étaient stationnés sur la base aérienne grecque de Souda Bay l’été dernier, et les deux pays se sont engagés dans des consultations politiques au plus haut niveau.

Athènes vise à faire progresser son rôle en reliant la Méditerranée orientale et le Golfe. «Une région de la Grande Méditerranée émerge sur la base de nouveaux partenariats et initiatives liant le Golfe aux États méditerranéens», a déclaré Aristote Tziampiris, professeur de relations internationales à l’Université du Pirée, à Arab News.

«La Grèce est au milieu de ce développement important qui est basé sur des intérêts et des points de vue communs, qui incluent le fait de considérer la Turquie comme un acteur de plus en plus imprévisible et l’Iran comme une menace potentiellement grave, voire existentielle.»

En février, «Athènes a créé le Forum Philia (d’amitié), qui comprend Bahreïn, Chypre, l’Égypte, la France, la Grèce, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis», a déclaré Tziampiris.

«La Grèce se rapproche, sans aucun doute, de plusieurs pays du Golfe visant à contribuer à la stabilité régionale.»

ifeddal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *