MONTRÉAL 23 août 2020 (Thomson StreetEvents) – Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation sur les résultats de Gildan Activewear Inc. Jeudi 30 juillet 2020 à 12h30 GMT

* Glenn J. Chamandy

Gildan Activewear Inc. – Fondateur, président, chef de la direction et administrateur non indépendant

* Rhodri J. Harries

Gildan Activewear Inc. – Vice-président exécutif, directeur financier et chef de l’administration

Gildan Activewear Inc. – Vice-président des communications avec les investisseurs

Mesdames et messieurs, merci de votre disponibilité et bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats Gildan Activewear Q2 2020. (Instructions pour l’opérateur) Veuillez noter que la conférence d’aujourd’hui est en cours d’enregistrement.

Je souhaite maintenant céder la parole à Sophie Argiriou, vice-présidente de la communication avec les investisseurs. Allez-y.

Sophie Argiriou, Gildan Activewear Inc. – Vice-présidente des communications avec les investisseurs [2]

Merci Diana. Bonjour à tous et merci de vous joindre à nous. Auparavant, nous avons publié un communiqué de presse annonçant nos résultats du deuxième trimestre de 2020. Nous avons également publié notre rapport intermédiaire aux actionnaires contenant le rapport de gestion et l’analyse des états financiers consolidés. Ces documents seront déposés auprès des autorités canadiennes en valeurs mobilières et de réglementation et de la US Securities Commission et sont disponibles sur le site Web de la société.

Aujourd’hui, nous accueillons Glenn Chamandy, notre président et chef de la direction; et Rhod Harries, notre vice-président exécutif et directeur financier et administratif. Dans un instant, Rhod vous présentera les résultats du trimestre, et une session de questions-réponses suivra.

Avant de commencer, veuillez noter que certaines déclarations incluses dans cette conférence téléphonique peuvent constituer des déclarations prospectives au sens de la loi américaine Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces déclarations prospectives impliquent des risques, incertitudes et autres facteurs inconnus et connus , ce qui pourrait faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des résultats futurs exprimés ou sous-entendus par ces déclarations prospectives. Nous vous renvoyons aux documents déposés par la société auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis et des autorités canadiennes de réglementation des valeurs mobilières qui peuvent affecter les résultats futurs de la société.

Je vais maintenant passer l’appel à Rhod. Rhod?

Rhodri J.Harries, Gildan Activewear Inc. – Vice-président exécutif, directeur financier et directeur administratif [3]

Je vous remercie. Merci Sophie et bonjour à tous, et merci de votre participation. Nous espérons que tout le monde continue de rester en sécurité et se porte bien.

Ce matin, nous avons publié nos résultats du deuxième trimestre et, comme nous nous y attendions en avril lors de notre dernier rapport, nous avons subi une perte de bénéfices significative au cours du trimestre liée aux impacts du COVID-19 sur l’activité économique et, par conséquent, notre Entreprise. Cependant, malgré la perte du trimestre, nous avons maintenu une forte concentration sur nos priorités clés: prendre des décisions commerciales et des actions pour renforcer notre positionnement concurrentiel à long terme en accélérant nos efforts dans le cadre de notre stratégie Back to Basics pour simplifier nos portefeuilles de produits, supprimer complexité et coût de notre activité, mieux accompagner nos clients et stimuler la croissance à long terme des parts de marché, tout ce que je couvrirai sous peu.

De plus, en gérant rigoureusement nos activités, nous avons généré un flux de trésorerie disponible solide de 177 millions de dollars au cours du trimestre, ce qui a plus que compensé l’impact de la perte de résultat et amélioré notre position de liquidité, qui s’élevait à 1,2 milliard de dollars à la fin juin. De plus, au cours du trimestre, afin d’accroître notre flexibilité financière alors que nous traversons cette crise sanitaire mondiale, nous avons négocié un amendement de 12 mois à nos conventions de crédit existantes. L’amendement prévoit que notre clause de levier financier exclut désormais l’impact de nos résultats financiers du deuxième trimestre du calcul du ratio de levier jusqu’au premier trimestre de 2021. Dans le même temps, nous avons également négocié un niveau de convention plus élevé et la combinaison de ces 2 facteurs nous donne une grande flexibilité pour naviguer à travers la durée de la pandémie.

Enfin, conformément à l’amélioration des tendances de la demande, nous avons commencé à reprendre la production à différents niveaux d’exploitation dans la majorité de nos installations, en mettant en œuvre des protocoles de biosécurité complets pour donner la priorité à la santé et à la sécurité de nos employés qui retournent au travail. Ces mesures, menées par notre personnel médical et des ressources humaines, couvrent les tests et la surveillance, le transport en toute sécurité, la reconfiguration de l’espace au sol dans les installations pour assurer une distance physique appropriée et la fourniture d’équipements de protection individuelle pour tous les employés. Dans l’ensemble, nous sommes fiers et reconnaissants de la façon dont l’équipe de Gildan, tant des employés manufacturiers que non manufacturiers, a relevé de nouveaux défis et s’est réunie pendant cette crise.

En ce qui concerne nos ventes et nos bénéfices pour le trimestre. Sans surprise, l’effet des verrouillages qui ont commencé en mars et se sont poursuivis en avril et en mai ont eu un impact significatif sur les ventes et les bénéfices du trimestre. Nous avons généré des ventes de 230 millions de dollars ce trimestre après avoir reflété une remise de 25 millions de dollars. Les ventes ont diminué de 71% par rapport à l’an dernier avec des ventes de vêtements de sport de 132 millions de dollars en baisse de 80% et des ventes de bonneterie et de sous-vêtements de 98 millions de dollars en baisse de 28% par rapport à l’année dernière. La baisse de nos ventes globales est principalement attribuable aux baisses de volume résultant de la baisse importante de la demande au cours du trimestre et du déstockage des stocks, ainsi que des effets négatifs sur la gamme de produits et des remises promotionnelles plus élevées.

S’adapter aux tendances de la demande en vêtements de sport. Avec des fermetures en vigueur au cours du trimestre, les distributeurs d’imprimables ont fermé des entrepôts et les détaillants ont fermé leurs portes, ce qui a entraîné des baisses de ventes importantes dans nos canaux de distribution. Dans le canal des imprimables aux États-Unis, nous avons vu les points de vente chuter à un plus bas de 80% en avril avant de commencer à reprendre en mai avec les réouvertures, avec une baisse moyenne d’environ 50% pour le mois, puis la fin du trimestre en juin dans une fourchette de 20% par rapport. à l’année dernière. Bien que pour le trimestre, le point de vente moyen ait baissé de 50%, les tendances se sont améliorées séquentiellement sur une base mensuelle et nous étions en avance sur nos attentes. Et dans certaines catégories, comme la polaire et les basiques de la mode, les points de vente ont connu une croissance positive au mois de juin. Cela dit, nous avons constaté un certain recul du point de vente dans le canal des imprimables à la fin du mois de juillet, que je couvrirai un peu plus tard.

Sur nos marchés internationaux où l’impact du COVID-19 a frappé plus tôt qu’en Amérique du Nord, nous avons vu les baisses de points de vente continuer à décélérer au cours du deuxième trimestre et ont évolué mieux que prévu, en particulier en Europe, qui a baissé d’environ 30% pour le trimestre. L’impact sur nos ventes de ces faibles niveaux de ventes a également été aggravé par des niveaux élevés de déstockage, les distributeurs répondant principalement à la demande des clients finaux à partir de leurs propres stocks. Par conséquent, les stocks dans le réseau de distribution à la fin du trimestre étaient et continuent d’être nettement inférieurs aux niveaux de l’année précédente, car nos clients se sont adaptés à des niveaux de demande plus faibles.

Nos ventes dans la catégorie des vêtements de sport ont également reflété l’impact des incitations promotionnelles plus élevées dans les imprimables, que nous avons initiées en juin et prolongées par la suite jusqu’en juillet et août. Ces incitatifs visent à stimuler la vente continue de nos produits des distributeurs aux sérigraphes. Par conséquent, nous avons enregistré une remise de 25 millions de dollars sur les ventes au cours du trimestre. Cette initiative de tarification est directement liée à notre stratégie Back to Basics où nous tirons parti de notre position à faible coût pour renforcer notre leadership sur le marché, générer de nouveaux gains de parts de marché et saisir la demande disponible dans ce que nous savons être un environnement de marché difficile. Nous connaissons bien ce playbook, et bien qu’il n’en soit encore qu’à ses débuts, nous sommes très satisfaits des résultats de cette initiative dans les 3 catégories où nous organisons les promotions: basiques, basiques mode et polaire.

Enfin, dans le canal de vente au détail, les ventes de vêtements de sport ont également diminué en raison de la fermeture généralisée des magasins de détail, impactant notamment nos activités avec les grands magasins, les chaînes nationales, les détaillants spécialisés dans le sport et les clients de marques mondiales de style de vie, en partie compensées par une meilleure vente. dans les canaux de masse et en ligne.

Passage à nos ventes de bas et sous-vêtements. La baisse globale dans cette catégorie est attribuable à la baisse des ventes de chaussettes, partiellement compensée par la solide performance des ventes de sous-vêtements où nous avons vu une augmentation de 23,5% des ventes au cours du trimestre par rapport à l’année dernière. La baisse des ventes de chaussettes reflète la baisse de la demande globale de l’industrie dans cette catégorie ainsi que l’impact du déstockage des stocks des détaillants.

À l’inverse, nous avons été très satisfaits de la croissance à deux chiffres des ventes liées à nos programmes de sous-vêtements malgré une baisse de la demande globale de l’industrie dans cette catégorie, tirée par les ventes de sous-vêtements de marque privée en masse et de sous-vêtements vendus sur les plateformes en ligne. Avec notre programme de sous-vêtements pour hommes de marque privée maintenant déployé dans tous les magasins de notre plus grand client de la grande distribution dans un nouveau format d’affichage, nous avons vu les tendances de vente s’accélérer de manière significative et sommes très encouragés par les gains importants de part de marché liés à ce programme.

Cela couvre nos performances de vente, et maintenant passons aux bénéfices où je parlerai des 224 millions de dollars de frais GAAP que nous avons pris au cours du trimestre; 130 millions de dollars de frais liés au COVID; et 93 millions de dollars en initiatives accélérées de retour aux sources qui simplifient nos activités, abaissent notre structure de coûts et nous positionnent pour l’avenir.

Donc, à commencer par les frais liés au COVID, l’essentiel de ces coûts était principalement lié à la main-d’œuvre de fabrication non absorbée et aux frais généraux engagés au cours du trimestre alors que nos installations étaient inactives ou fonctionnaient à de faibles niveaux de capacité. Ces coûts en espèces et autres qu’en espèces, qui s’élevaient à 86 millions de dollars, auraient normalement été absorbés dans les stocks si nos installations avaient fonctionné à des niveaux normaux. Cependant, comme nous avons gardé la plupart de nos installations fermées pour le deuxième trimestre afin de gérer et d’harmoniser nos opérations et nos niveaux de stocks, ces coûts ont été traités comme des coûts de période, qui ont transité par notre coût des ventes au cours du trimestre. En plus des coûts de marche au ralenti de la fabrication, nous avons comptabilisé une charge de 25 millions de dollars liée au dénouement de positions de marchandises en raison de la baisse des besoins de production au cours du deuxième trimestre et pendant le reste de l’année.

Au cours du trimestre, nous avons également pris une décision très difficile de réduire davantage nos effectifs mondiaux avec des réductions d’environ 6 000 personnes dans le secteur de la fabrication et de 380 personnes dans des postes de SG&A. Dans l’ensemble, cette décision nous permet d’ajuster notre infrastructure de fabrication, de vente et de support administratif à l’impact commercial actuel du COVID-19 et nous offre une bonne flexibilité alors que nous entrons dans la seconde moitié de l’année. Les charges associées aux réductions d’effectifs se sont élevées à environ 8 millions de dollars pour le deuxième trimestre. Bien que vous vous attendriez à des charges plus élevées liées à ces réductions d’effectifs, la plupart des indemnités de départ des employés de la fabrication sont basées sur les exigences légales et sont comptabilisées de façon continue à partir de la date d’embauche. Les économies annuelles liées à ces réductions d’effectifs et à la fermeture du filage, dont je parlerai dans le cadre de nos initiatives Back to Basics, devraient s’élever à environ 46 millions de dollars.

Finalement, en raison de l’environnement actuel, nous avons pris une réserve d’inventaire de 14 millions $ liée à la baisse de la valeur de réalisation nette de certains produits de détail de fin de gamme.

Bien que nous ayons engagé des coûts importants liés au COVID au cours du trimestre, nous avons également enregistré des charges de 93 millions de dollars liées à des actions liées à notre stratégie Back to Basics. La gestion de notre entreprise à travers les effets de la pandémie a conduit à des décisions et des actions visant à accélérer considérablement les initiatives liées à notre stratégie de simplification de nos activités et d’optimisation des opérations, ce qui, selon nous, se matérialisera par de nouvelles réductions de coûts et nous positionnera mieux pour la reprise du marché. .

Par conséquent, nous avons engagé des frais d’inventaire supplémentaires de 26 millions de dollars liés à notre initiative de rationalisation des UGS des imprimables et de 16 millions de dollars liés à notre initiative de gestion des stocks de produits de détail. Bien que le travail que nous avons effectué pour optimiser notre offre de produits imprimables est maintenant terminé, nous continuerons à examiner notre offre de produits de détail pour d’autres améliorations potentielles au cours de la deuxième moitié de cette année. Nous avons également enregistré des charges de restructuration de 29 millions de dollars au cours du trimestre principalement liées à la fermeture prévue d’une plus petite usine de filature de fils spécialisés aux États-Unis.Enfin, les charges liées à notre stratégie Back to Basics incluaient également l’impact de 25 millions de dollars de l’action stratégique de tarification en imprimables prises au cours du trimestre couvert dans la discussion de vente.

Donc, en mettant tout cela ensemble, nous avons déclaré une perte brute au cours du trimestre de 148 millions de dollars ou 122 millions de dollars sur une base ajustée après avoir rajouté la charge de rationalisation de SKU de 26 millions de dollars. La baisse importante par rapport à l’année dernière était due à la combinaison de la baisse des ventes, des coûts de marche au ralenti de la fabrication, des provisions pour stocks et de l’impact du dénouement des engagements excédentaires de produits de base.

Sur la base de la marge brute, nous avons déclaré une marge GAAP négative de 64,6% et 52,2% sur une base ajustée, principalement en raison des frais liés au COVID et Back to Basics dont nous venons de parler. De ces charges, 196 millions $ ont eu une incidence sur la perte brute et 170 millions $ ont eu une incidence sur la perte brute ajustée pour le trimestre. L’exclusion de ces frais aurait donné lieu à une marge brute ajustée de 18% au cours du trimestre, en baisse principalement en raison de l’impact d’un mix de produits négatif et de l’actualisation. Nous prévoyons que la marge brute reviendra à des niveaux plus normaux à mesure que nos ventes reprendront. En outre, nous restons déterminés à atteindre nos objectifs de marge brute à long terme et de marge SG&A, que nous avons précédemment décrits dans le cadre de notre stratégie Back to Basics.

Les frais généraux et administratifs pour le trimestre de 65 millions de dollars ont diminué de 27 millions de dollars ou près de 30% par rapport à l’an dernier, reflétant l’impact d’une rémunération plus faible, des coûts de distribution plus faibles en raison d’une baisse des volumes de ventes et des efforts de maîtrise des coûts. Par ailleurs, au cours du trimestre, nous avons déclaré un recouvrement sur la ligne de dépréciation des créances clients de 6 millions de dollars en raison de solides recouvrements au cours du trimestre, ce qui a entraîné une baisse des pertes de crédit attendues.

En résumant tous ces éléments, nous avons déclaré une perte d’exploitation de 236 millions de dollars et une perte d’exploitation ajustée de 180 millions de dollars au cours du trimestre. Et après des frais financiers de 60 millions de dollars, qui étaient en hausse de 6 millions de dollars par rapport à l’an dernier en raison des frais encourus dans le cadre de la modification des clauses restrictives et des niveaux d’emprunt moyens plus élevés, la perte nette globale pour le trimestre a totalisé 250 millions de dollars ou 1,26 $ par action diluée et 197 millions de dollars. ou 0,99 $ par action diluée sur une base ajustée.

Normalement, je terminerais par la discussion de nos conseils. Cependant, après avoir suspendu nos prévisions annuelles en mars en raison de l’environnement incertain impacté par COVID-19, permettez-moi plutôt de vous donner une idée de ce que nous voyons actuellement sur le marché.

Au début du mois de juillet, nous avons été initialement encouragés de constater une nouvelle amélioration des points de vente imprimables aux États-Unis par rapport aux niveaux de fin de trimestre. Cependant, nous avons maintenant constaté une certaine rétractation des points de vente au cours de la dernière partie de juillet, et le point de vente est maintenant en baisse de 15% à 20%, les réouvertures ayant ralenti ou inversé dans certains États américains.

Du côté de la vente au détail, nous sommes encouragés par nos ventes jusqu’à présent au troisième trimestre, qui, jusqu’au mois de juillet, sont légèrement supérieures aux niveaux de l’année précédente. Bien que, dans l’ensemble, nous ayons constaté de nouvelles améliorations au point de vente en juillet, le point de vente est mixte dans le commerce de détail selon le canal. Les ventes dans les canaux de masse et en ligne continuent de bien performer, en hausse dans la fourchette à deux chiffres, tandis que les points de vente dans les chaînes spécialisées de niveau intermédiaire et de sport, bien que meilleurs que ce que nous avons vu au deuxième trimestre, sont toujours affectés par la faiblesse les tendances du trafic et continue d’afficher des baisses de l’ordre de 20% à 30%.

Cela termine notre mise à jour. Et pour conclure, alors que la trajectoire de la pandémie reste incertaine, nous continuons de nous concentrer sur le renforcement de notre positionnement concurrentiel et la croissance de nos parts de marché. Nous pensons avoir agi rapidement et mis en œuvre d’importantes initiatives pour nous fournir la flexibilité financière et opérationnelle nécessaire pour nous accompagner dans cet environnement difficile et qui nous permettra d’émerger comme une entreprise plus forte à long terme.

Et sur ce, je vais céder la parole à Sophie.

————————————————– ——————————

Sophie Argiriou, Gildan Activewear Inc. – Vice-présidente des communications avec les investisseurs [4]

————————————————– ——————————

Merci, Rhod. Avant de passer à la session de questions / réponses, (Instructions pour l’opérateur)

Je vais maintenant passer l’appel à l’opérateur pour la session de questions-réponses. Diana, vas-y.

=================================================== ===============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur [1]

————————————————– ——————————

(Mode d’emploi) Votre première question vient de la lignée de Paul Lejuez de Citigroup.

————————————————– ——————————

Tracy Jill Kogan, Citigroup Inc., Division de la recherche – VP [2]

————————————————– ——————————

C’est Tracy Kogan qui remplace Paul. Je me demandais si vous pouviez parler des catégories spécifiques dans lesquelles vous avez inclus les prix promotionnels. Et était-ce dans des catégories spécifiques? Ou était-ce à tous les niveaux? Et pensez-vous devoir prendre d’autres mesures dans le courant – dans les trimestres à venir? Et puis juste deuxièmement, je me demande quel est l’état de vos partenaires distributeurs et si l’un d’entre eux est en difficulté financière et si vous pensez qu’il y a peut-être des problèmes à l’horizon.

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Fondateur, président, chef de la direction et administrateur non indépendant [3]

————————————————– ——————————

Oui. Je vais commencer par les prix. Ecoutez, en ce qui concerne nos prix, je veux dire, nous sommes entrés en avril avec un POS négatif de 80%. Et puis nous avons commencé à promouvoir nos basiques mode et nos couleurs sélectives, ce que nous avons vu de très bons signes en termes de PLV. Ensuite, nous avons étendu cela à toutes nos couleurs dans la mode, ce qui continue de conduire notre point de vente. Et puis nous avons ajouté des basiques et de la toison. Il y a donc vraiment 3 catégories: nos basiques de mode, nos t-shirts traditionnels de base et certaines de nos catégories en molleton sont vraiment – ce ne sont pas tous les produits. Ce ne sont que les éléments de base de ces catégories. Et nous avons constaté une grande amélioration de notre point de vente dans les 3 segments, et à ce que Rhod a fait allusion dans son script, c’est que nous voyons même – nous avons vu au début du mois de juillet même des tendances vers des points de vente positifs dans l’ensemble, qui étaient principalement motivés par la grande amélioration de ces styles, qui a quelque peu diminué vers la fin du mois de juillet, mais qui reste assez bonne. Nous sommes donc très enthousiasmés par notre stratégie de prix à mesure que nous progressons.

Et je pense que, plus important encore, avec la stratégie de prix, tout est lié à ce que nous faisons d’une stratégie Back to Basics. Et les deux vont de pair parce que nous allons retirer des coûts importants de notre structure, ce qui nous permettra de maintenir des prix très compétitifs sur le marché et de continuer à augmenter notre part au fur et à mesure. Je veux dire que nous avons éliminé – dans notre rationalisation SKU, nous prenons 2/3 de notre gamme de produits. Nous gérions auparavant 30 000 SKU au sein de nos marques. Nous sommes tombés à 10000, c’est donc un impact majeur sur notre coût global, l’efficacité de fabrication, les réductions de SG&A, les améliorations de notre service et nos stocks que nous allons pouvoir avoir à la fois dans le canal et nos entrepôts, et une réduction du fonds de roulement global et une amélioration de RONA à mesure que nous progressons.

Donc, bien que nous établissions des prix plus agressifs aujourd’hui, et nous continuerons probablement cela au fur et à mesure que nous avançons, mais l’économie de notre entreprise sera la même parce que nous allons absorber les coûts du système et fournir de meilleurs rendements. au fur et à mesure que nous avançons et continuons à souligner notre position de leader dans la chaîne. En ce qui concerne les distributeurs, nos distributeurs se sont globalement très bien débrouillés. La plupart sont de retour. Je veux dire que POS s’est évidemment amélioré. L’une des raisons pour lesquelles nous avons annulé notre annulation des créances irrécouvrables est le paiement de nos distributeurs, de sorte que les flux de trésorerie arrivent. Et nous n’avons aucune inquiétude concernant notre base de distributeurs aujourd’hui.

————————————————– ——————————

Opérateur [4]

————————————————– ——————————

Votre prochaine question vient de la ligne de Vishal Shreedhar de la Banque nationale.

————————————————– ——————————

Vishal Shreedhar, Financière Banque Nationale, Inc., Division de la recherche – Analyste [5]

————————————————– ——————————

Vous vous demandez simplement, alors que les marchés se sont redressés, avez-vous vu le déstockage se transformer en réapprovisionnement? Et pouvez-vous nous donner une idée de combien de mois d’inventaire sont détenus par vos grossistes?

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Fondateur, président, chef de la direction et administrateur non indépendant [6]

————————————————– ——————————

Eh bien, nous avons déstocké environ 1/3 de notre inventaire qui se trouvait à la fin du canal du premier trimestre, soit environ 150 millions de dollars dans le canal des distributeurs. Et nous avons également déstocké de manière assez significative dans le commerce de détail. Mais en ce qui concerne le canal de gros, nous avons déstocké. Et l’autre chose est que le – généralement au deuxième trimestre, nous vendons beaucoup de polaire avant la saison de la laine polaire, et nous n’avons expédié aucun de ces trimestres, ils seront expédiés au fur et à mesure que nous passerons aux troisième et quatrième trimestres. comme base immédiate car le marché a besoin de ces produits. Nous n’allons donc pas prolonger les conditions de rencontres sur la toison comme nous l’avons toujours fait. Ce sont donc vraiment les 2 facteurs qui ont réduit les ventes essentiellement au cours du trimestre, en particulier dans les chaussures et en plus du POS négatif.

————————————————– ——————————

Vishal Shreedhar, Financière Banque Nationale, Inc., Division de la recherche – Analyste [7]

————————————————– ——————————

D’accord. Et en ce qui concerne vos ambitions et vos pensées en matière d’EPI, cela a-t-il évolué en ce qui concerne la fabrication de masques et de robes? Ou attendez-vous toujours une contribution négligeable de cette entreprise?

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Fondateur, président, chef de la direction et administrateur non indépendant [8]

————————————————– ——————————

Écoutez, nous faisons notre part pour aider les gouvernements locaux avec les masques et les robes dans le cadre de – notre initiative en termes de COVID. Mais vous devez comprendre que ce n’est pas une opportunité à long terme pour nous. Je veux dire que les masques pré-COVID se vendaient 0,03 $ pièce. Aujourd’hui, ils se vendent à 1,50 $, donc il y a beaucoup de capacité qui est mise en ligne en Asie, en particulier que nous pensons que ce n’est pas une entreprise durable à long terme. Mais nous ferons notre part comme – du mieux que nous pourrions pour fournir un soutien aux gouvernements locaux dans l’intervalle.

————————————————– ——————————

Opérateur [9]

————————————————– ——————————

Votre prochaine question vient de la lignée de Stephen MacLeod de BMO Marchés des capitaux.

————————————————– ——————————

Stephen MacLeod, BMO Capital Markets Equity Research – Analyste [10]

————————————————– ——————————

Je me demande simplement si vous le pouvez – si vous avez une visibilité ou pouvez donner un aperçu des types de marchés finaux qui sont à l’origine des améliorations séquentielles des points de vente dans le secteur des imprimables.

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Fondateur, président, chef de la direction et administrateur non indépendant [11]

————————————————– ——————————

Eh bien, ce qui s’est vraiment produit, c’est que, dans une perspective à plus long terme, le grand avantage est que les gens restent à la maison avec des vêtements décontractés. Et je suis personnellement à la maison depuis le début de la crise, et j’ai usé mes t-shirts et mes sweatshirts, non? Je pense donc que c’est un vrai signe positif pour nous. Donc, la manière traditionnelle où les gens ont pu obtenir une chemise lors d’un rassemblement, d’un jogging, d’une course ou de quelque chose qui ne se produit peut-être pas, ils trouvent d’autres moyens d’obtenir ces produits, je veux dire, et c’est, je pense, la clé. Nous avons donc vu les ventes en ligne, les distributeurs qui – ou pas les distributeurs, mais les sérigraphes qui vendent en ligne, c’est un domaine en pleine croissance. Les ventes ont probablement doublé pendant la crise du COVID, dirais-je.

Et l’autre chose importante est la revente, je veux dire, beaucoup de revente de nos produits en ligne. Et l’un des grands domaines qui constitue actuellement la partie la plus forte de notre entreprise est notre activité de compte national, où nous avons de grands clients de sérigraphie qui fournissent essentiellement des produits aux détaillants. Donc, la chaîne d’approvisionnement – la chaîne d’approvisionnement mondiale n’est tout simplement pas là aujourd’hui. Nous bénéficions donc de – alors que les gens cherchent à acheter plus de produits, essentiellement localement, à la fois, nous pensons que c’est une grande opportunité. Les détaillants mettent donc de plus en plus de T-shirts sérigraphiés sur leur plancher dès leur réouverture. Les gens trouveront donc un moyen d’obtenir le produit. Je pense que c’est le message ici. Évidemment, il y a eu un choc en avril lorsque tout s’est arrêté dans la mode. Mais je veux dire, en fin de compte, nous pensons que la viabilité à long terme des produits que nous fabriquons est là et le marché [will have] plus de gens pour continuer à acheter nos produits. Et nous sommes bien positionnés avec notre stratégie produit et notre stratégie de prix, pensons-nous, pour capturer une part significative au fur et à mesure que nous progressons.

————————————————– ——————————

Stephen MacLeod, BMO Capital Markets Equity Research – Analyste [12]

————————————————– ——————————

D’accord. Et puis en ce qui concerne la marge brute, Rhod, vous avez donné une bonne couleur dans vos remarques autour de tous les put et prend sur la marge brute du trimestre. Et vous avez indiqué que vous vous attendez à ce qu’il revienne à des niveaux plus normaux à mesure que vos ventes reprennent. Y a-t-il quelque chose que vous pouvez fournir en termes de quelque chose de plus discret sur la façon dont vous prévoyez que votre marge brute évoluera comme au deuxième trimestre – au troisième trimestre, désolé, et au dernier semestre de l’année?

————————————————– ——————————

Rhodri J.Harries, Gildan Activewear Inc. – Vice-président exécutif, directeur financier et directeur administratif [13]

————————————————– ——————————

Oui. Merci pour la question, Stephen. Donc, si vous regardez la marge brute, comme nous l’avons dit, la marge brute a diminué au cours du trimestre. Et c’était en baisse pour les 2 raisons que j’ai soulignées. Il était en baisse en raison d’un mix négatif, environ 600 points de base. Et il était en baisse à cause des remises, des promotions que nous avons proposées dans le – ou nous diffusons dans le canal des vêtements imprimés, ce qui, l’impact de cela est d’environ 400 points de base, n’est-ce pas? Donc, effectivement, cela a été motivé par cet impact négatif sur le mix. Et l’impact négatif du mix a été alimenté par le mix associé au molleton inférieur que Glenn a appelé. Et puis aussi, si vous vous déplacez dans le canal de vente au détail, vous verrez que nous avons vendu beaucoup – un niveau inférieur de nos produits de vente au détail de plus grande valeur car le canal de niveau intermédiaire a été fermé, les magasins spécialisés dans le sport ont été fermés, non ? Cela a donc également eu un impact négatif. Alors que nous entrons dans la seconde moitié de l’année, nous prévoyons, avec la reprise des ventes avec toutes les réouvertures, que, effectivement, notre mix reviendra à des niveaux normaux.

Et puis en ce qui concerne – du point de vue de la promotion, nous en avons parlé. Nous verrons comment les choses évoluent dans la moitié arrière. Mais je pense que l’une des choses que nous conduisons vraiment est le coût de l’entreprise, et nous nous attendons à ce que, de toute évidence, cela contribue à la marge brute alors que nous traversons la seconde moitié de cette année, puis en 2021 et ensuite, évidemment, aller de l’avant alors que nous nous dirigeons vers ces objectifs à long terme de retour aux sources.

————————————————– ——————————

Opérateur [14]

————————————————– ——————————

Votre prochaine question vient de la lignée de Luke Hannan de Canaccord Genuity.

————————————————– ——————————

Luke Hannan, Canaccord Genuity Corp., Division de la recherche – Associé [15]

————————————————– ——————————

Glenn, je veux vous interroger sur la décision d’instituer la remise sur les ventes. Était-ce quelque chose qui était déterminé en quelque sorte en interne? Ou était-ce déterminé en fonction de ce que vous …

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Fondateur, président, chef de la direction et administrateur non indépendant [16]

————————————————– ——————————

Je n’ai pas entendu votre question. Cela n’a pas été clair. Pouvez-vous simplement répéter cela, s’il vous plaît?

————————————————– ——————————

Luke Hannan, Canaccord Genuity Corp., Division de la recherche – Associé [17]

————————————————– ——————————

Sûr. Oui. Alors je disais simplement que la décision d’instituer la remise sur les ventes était-elle une réaction à ce que vous voyiez dans la chaîne? Ou est-ce plutôt une décision en interne basée sur ce que vous avez en termes d’empreinte de fabrication à faible coût?

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Fondateur, président, chef de la direction et administrateur non indépendant [18]

————————————————– ——————————

C’est une décision sur – nous étions – nous avons conduit l’activité promotionnelle sur le marché en fonction de notre capacité à regarder où nous en sommes aujourd’hui et à continuer de nous concentrer sur notre stratégie Back to Basics, qui se concentre essentiellement sur moins de SKU, apportant les commercialiser au juste prix et augmenter leur part de marché. Nous avons donc testé le – comme je l’ai dit plus tôt, nous avons testé notre stratégie dès le début. Et au vu des résultats, nous avons poursuivi notre stratégie de tarification. Et je pense que c’est important, avec toutes les initiatives que nous avons mises en place, bien que les 400 points de base de marge négative, cela va – même si nous continuons à prix à ces niveaux, nos marges devraient se normaliser en fonction de toutes les économies de coûts que nous aller de l’avant. Donc, évidemment, l’avantage pour nous est que nous réduisons notre promotion, puis nous verrons une augmentation de la marge. Mais je pense que nous pouvons considérer où nous en sommes actuellement et comment nous avons positionné notre stratégie Back to Basics afin que nous puissions avoir des prix très agressifs tout en maintenant des marges normalisées.

Je pense donc que c’est en quelque sorte la direction vers laquelle nous nous dirigeons actuellement, alors que nous continuons à progresser. Alors maintenant, nous sommes revenus et nous avons commencé à accélérer l’ensemble de notre fabrication [facilities and] vraiment juste le construire jusqu’à environ 70% de la capacité qui – pré-COVID. Et dans le même temps, nous continuons à nous concentrer sur les flux de trésorerie. Nous travaillons donc encore et beaucoup à réduire les stocks et à générer des liquidités disponibles dans la seconde moitié de l’année. Donc, toutes ces choses combinées ont en quelque sorte positionné notre stratégie pour nous assurer que nous sommes positionnés sur le long terme. Et je pense que la chose la plus importante que je puisse vous laisser aujourd’hui est que tout ce que nous avons fait au cours des 3 derniers mois va rendre notre entreprise très forte, alors que nous sortons de toute cette situation, y compris le – je pense que l’une des plus grandes opportunités est fondamentalement le changement complet de la chaîne d’approvisionnement mondiale.

Je veux dire, si vous regardez le monde dans le futur, des gens qui ont pu aller chercher en Asie et aller voir un fabricant et aller acheter des produits, ils ne fonctionnent plus aussi vite. Donc, si vous regardez – nous pensons que le travail, il y a beaucoup d’opportunités pour nous, en particulier dans notre vente au détail et nos marques mondiales de style de vie alors que nous continuons à passer à 21 pour tirer parti de notre fabrication à faible coût et essentiellement en profiter. du grand changement dans la chaîne d’approvisionnement mondiale.

————————————————– ——————————

Luke Hannan, Canaccord Genuity Corp., Division de la recherche – Associé [19]

————————————————– ——————————

Je l’ai. Et puis un dernier pour moi. Je suis simplement curieux de savoir quels progrès ont été réalisés au Bangladesh. Je sais que vous en êtes aux premières étapes de la construction de l’installation là-bas, alors je suis simplement curieux de savoir si vous pouvez donner une idée de la façon dont cela progresse.

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Fondateur, président, chef de la direction et administrateur non indépendant [20]

————————————————– ——————————

Oui. Écoutez, nous progressons lentement au Bangladesh. Je veux dire que la réalité est que nous allons probablement être en retard de 6 mois, et l’usine devrait maintenant démarrer au T2 2022. Nous voyons donc avec prudence ce qui s’est passé au cours de ces 3 mois. Et puis, évidemment, maintenant nous mettons nos esprits autour de l’avenir. Mais regardez, le Bangladesh est pour nous un élément stratégique de notre activité globale. Je veux dire que ce n’est pas seulement fonctionnellement pour notre croissance internationale, mais c’est aussi une fonction de la conduite de nos bases de la mode et d’autres catégories que nous avons. Il n’est donc pas construit uniquement pour soutenir l’international. C’est aussi pour soutenir où nous pensons que le marché va dans le futur alors que nous continuons à gagner des parts dans ces catégories. Donc, nous allons certainement aller de l’avant avec le projet, mais il va encore être retardé probablement d’environ – de 6 mois.

————————————————– ——————————

Opérateur [21]

————————————————– ——————————

Votre prochaine question vient de la lignée de Sabahat Khan de RBC Capital Markets.

————————————————– ——————————

Sabahat Khan, RBC Marchés des capitaux, Division de la recherche – Analyste [22]

————————————————– ——————————

Just a commentary in the press release around the fashion basics category turning positive in June, just wondering maybe you can talk about the drivers of that. It was just surprising given the current macro backdrop. I think some of that category services, I think, the uniform business on the corporate side, is it that? Or was there something else driving that growth?

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Founder, President, CEO & Non-Independent Director [23]

————————————————– ——————————

No, this category is not really on the corporate side. I mean the corporate side is really — in our case, is more the basics, actually, because they’re used for advertising, event planning and other things. So that’s — that category basically is still down. But we’ve come back because we think we’re generating share in that category by our pricing strategy. But the fashion side of it is completely different. It’s more traditional screenprint-type business. And look, at the end of the day, we have basics and we have fashion, and the big 2 differences between these 2 shirts: one is open-end and one is ringspun. And we define this as fashion, but the reality is that every one of these shirts has a tearaway label, so I mean there are basic features for the tearaway label with different fabrications.

So consumers are looking for value right now. And the reality is that when you look at all the shirts in the industry, there’s not a big differentiation between all these shirts. Price is a big driver of product in our channel, and we’ve got a low-cost manufacturing. We’re investing heavily in cost reductions and new capacity expansion. And we think that we’re going to continue to aggressively price this category and take market share. It’s the area of the growth for us, and we’re going to make sure that we get our share of that growth.

————————————————– ——————————

Sabahat Khan, RBC Capital Markets, Research Division – Analyst [24]

————————————————– ——————————

D’accord. And then on the working capital, it looks like there was a sizable lift that drove the free cash flow there. Just trying to get an idea of what drove the strong kind of accounts receivable during the quarter. Was it from your larger customers, the smaller ones? And then sort of how are those collections trending into Q3, if you can provide some color there?

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Founder, President, CEO & Non-Independent Director [25]

————————————————– ——————————

Rhod?

————————————————– ——————————

Rhodri J. Harries, Gildan Activewear Inc. – Executive VP, CFO & Chief Administrative Officer [26]

————————————————– ——————————

So the big reduction in accounts receivable was really driven across the board, right? As we — as Glenn mentioned earlier, I think the distributors have done a great job as they work through the second quarter and effectively worked with us. And we’ve collected from our distributors, we’ve collected from our retail customers. And so I would say, very definitely, we’re very pleased with the way that our receivables came in through the quarter. And as we mentioned earlier, we’ve taken a reduction in our allowance for expected credit losses on receivables. With respect to inventories, we sold down out of inventories in the quarter as we expected to do with all of our operations basically down or operating at very low levels. And again, we’re very pleased with the cash that we generated from inventory.

And then with respect to our payables side, we work with a lot of our suppliers, a lot of our partners. And we were able to manage that, I would say, very well during the quarter. So all in all, I think it was a great job by the team, the whole team, to manage working capital and to really effectively work our way through what is a difficult environment with everybody in order to drive that cash flow. And also really, this sets us up well as we continue into the back half of the year.

————————————————– ——————————

Sabahat Khan, RBC Capital Markets, Research Division – Analyst [27]

————————————————– ——————————

And then if I could just squeeze in one on the inventory. I guess, as you restart your facilities, I think it was about $150 million to $160 million left to working capital now. Should we expect that to remain positive through the back half of the year as you start to restart — or as kind of the industry restarts and you start to shape out? Or how should we think about that line item through the back half of ’20?

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Founder, President, CEO & Non-Independent Director [28]

————————————————– ——————————

We should think about — look, our focus is to continue to reduce inventory but, at the same time, improve service because we’re focusing on less products and less SKUs. So we think there’s still a significant amount of inventory we can take out of our system and generate free cash between now and the end of the year. So we’re focusing on that, and we’re ramping up our production. But obviously, we’re not ramping up our production at the same rate of sell-through. So as we continue to grow and sell in Q3 and Q4, our production will be at a lower level than our actual sales that will allow us to continue to reduce inventories and generate free cash in the back half of the year.

————————————————– ——————————

Rhodri J. Harries, Gildan Activewear Inc. – Executive VP, CFO & Chief Administrative Officer [29]

————————————————– ——————————

If you look — Saba, if you look at the full year, obviously, we did a great job in the second quarter. And one of our objectives really for this year, right, as we move through a difficult environment is to generate free cash flow, have positive free cash flow for the full year, and we’re still very focused on that.

————————————————– ——————————

Opérateur [30]

————————————————– ——————————

Your next question comes from the line of Brian Morrison of TD Securities.

————————————————– ——————————

Brian Morrison, TD Securities Equity Research – Research Analyst [31]

————————————————– ——————————

Glenn, you’ve alluded to my question several times, but I want to ask it directly. In terms of your incentives and your promotional activity, does this in any way impact your 30% gross margin target? Do you think you can achieve 30% in each of retail, private label and Printwear? And just maybe update us on — is the facility consolidation initiatives and SKU rationalization, is that complete at this time?

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Founder, President, CEO & Non-Independent Director [32]

————————————————– ——————————

The Printwear is definitely complete. There’s still a little bit of work to do in retail. But as far as our overall margin is concerned, we are not changing aspirations to get to the 30% margin. And we’re also focused on the sub-12% SG&A. So let’s just look at that as also a big driver of our focus right now. And as far as the Printwear is concerned, we’ve gotten our product line down to where we need it to be. And you just — I can’t emphasize the amount of costs we’re going to take out of our system by just streamlining. It’s going to be excessive, and it’s going to be very positive to overall manufacturing. And we’re providing the same look at our retail business, and not on the same scale because, obviously, it’s not the same type of scale business, but we’re going to continue to focus on large programs that give us good returns and few SKU, right, so, I mean, similar to where we are in underwear right now. So we have a huge opportunity here to really consolidate our manufacturing base and focus on efficiencies and drive towards the target of our 30%.

I think as we move into next year in our factories, we’re not planning to see the Printwear business recover fully. I mean we just don’t know at this point in time. So next year, I think, we’ll look at if we can get our margins up to normalized-type margins and then move from there on to our goal, I think that would be a good outcome for us with a good SG&A reduction is how we’re trying to see things. But the promise is that things are a little bit of a yo-yo, right? So — but I think we’re really well positioned right now. And also focusing on our working capital, cash flow generation, which I can’t emphasize more, and making sure that our RONA is improving, right, because all these things will ultimately allow us to get a better growth on return.

————————————————– ——————————

Brian Morrison, TD Securities Equity Research – Research Analyst [33]

————————————————– ——————————

C’est bon. And then with respect to the shift in your floor plan strategy at your major retailer now fully complete, and I think you said significant market share gains, are you seeing the potential for an accelerated — acceleration of the potential for product category expansion on that private label initiatives?

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Founder, President, CEO & Non-Independent Director [34]

————————————————– ——————————

Well, we’ve had quite a bit of expansion this year. I mean the — a lot of the new products and the new space that we’ve obtained this year has really only got set probably the first week of June. So in Q2, although our underwear has done fantastic and it really hasn’t really felt the effect of how well things are going to go. So we’re very optimistic of all of our retail business, to be honest with you, because our online business have doubled in the quarter. So we’re doing well everywhere. So I mean, retail, which is tracking on a year-over-year basis, is positive already in July, and we’re going to see continued growth as we move into the future.

————————————————– ——————————

Brian Morrison, TD Securities Equity Research – Research Analyst [35]

————————————————– ——————————

D’accord. Just very quickly, Rhod. Do we anticipate in terms of your period costs that get expensed in Q1 and Q2 here as we go through the remainder of the second half, manufacturing, operations have restarted, is that now behind us?

————————————————– ——————————

Rhodri J. Harries, Gildan Activewear Inc. – Executive VP, CFO & Chief Administrative Officer [36]

————————————————– ——————————

No, you’ll still see some period costs rolling through in the third quarter, right, because, as Glenn said, effectively, we’ve got our facilities running 7% to 8%, in that range. And so when you — we don’t have that effectively running at full levels of operation, right? So at those lower levels, you still will see some period costs running through in Q3. And then we’ll see where we are in Q4.

————————————————– ——————————

Opérateur [37]

————————————————– ——————————

Your next question comes from the line of Chris Li of Desjardins.

————————————————– ——————————

Christopher Li, Desjardins Securities Inc., Research Division – Research Analyst [38]

————————————————– ——————————

Glenn, I just want to confirm what you said earlier. You guys are now restarting your manufacturing capacity with the view that imprintable sales will be back to about 70% of the pre-COVID sales. I’m making sure, did I hear that correctly?

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Founder, President, CEO & Non-Independent Director [39]

————————————————– ——————————

No. Right now, the Printwear sales are somewhat in June and, let’s say, what we’re tracking July is 15% to 20% negative. We haven’t — obviously, we don’t know what will happen next year, but our manufacturing basically is ramping up to about 70% of our normalized capacity, and that’s because sales are — they’re minus 20, that means there’s a delta of 10, right? So — and what we’re doing is we’re drawing down inventory. Now sales continue to grow like we saw at the beginning of July. Then we’ll just increase the capacity, but we’ll keep it up below our actual expectations of sales because we want to continue to look at the cash flow generation and reduction of inventory. So we can manage that as we go, and we’re just bringing on in stages. So we’ll see how things evolve as we move into the second, the third and the fourth quarter. But we’re pretty optimistic, and we know our pricing strategy is working, and we’ll see where it takes us. So we haven’t guided to next year at this point, but we’re bringing it on as we needed.

————————————————– ——————————

Christopher Li, Desjardins Securities Inc., Research Division – Research Analyst [40]

————————————————– ——————————

D’accord. Génial. Cela est utile. And then just on the men’s underwear, up 23.5% in Q2. Did that strength continue into July? Or was part of that strength related to just pent-up demand as people started shifting back to more discretionary?

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Founder, President, CEO & Non-Independent Director [41]

————————————————– ——————————

No. The overall category, I think, is slightly down overall. So we’re selling our product, and it’s not just our private label business, but as well as our Gildan brand, which is doing very well at the retailers and online customers that are basically supplying and selling our products. So it’s a combination of those 2. And we have significant share gains basically in underwear in the quarter. I mean it was quite substantial on an overall basis, so it’s going very well. And it’s just a question of our positioning in the market, and we’re pretty excited about the future.

————————————————– ——————————

Christopher Li, Desjardins Securities Inc., Research Division – Research Analyst [42]

————————————————– ——————————

D’accord. C’est génial. Maybe a very quick one for Rhod. In last quarter, you mentioned you guys were maintaining your fixed cash cost at $35 million to $40 million per month. Is that still the case? Or is this starting to move up as you restart some of your capacity?

————————————————– ——————————

Rhodri J. Harries, Gildan Activewear Inc. – Executive VP, CFO & Chief Administrative Officer [43]

————————————————– ——————————

Oui. The $35 million to $40 million was the guidance that we gave effectively when we’ve got everything idle, right, if you look at our whole system effectively when it’s idle. And if you look at how we performed during the quarter, we’re very definitely — probably in April, effectively, we’re a little bit above that. As we got into May, we could see that if we stripped away some of the costs associated with running facilities at very low levels and sort of starting a bit of the ramp back, we were very definitely at that $35 million range. So I think we feel very good about our cash burn, right, associated with our underlying cost base.

And again, as we moved through the quarter, actually, we’ve done more. As we talked about some of these initiatives where we’ve taken out cost in certain areas, that will also reduce our base underlying cash burn on a go-forward basis. So I think we feel, like, overall, we’re in very good shape, our liquidity is very strong, right, at $1.2 billion. And I think from an ability to obviously weather further impacts on a go-forward basis, we’ve got a very strong balance sheet, a very strong access to liquidity. We’re winding down inventory, right, as we go forward in — with the strategy where we balance up production. And so I think, overall, we feel very good about our positioning.

————————————————– ——————————

Opérateur [44]

————————————————– ——————————

Your next question comes from the line of Matt Bank of CIBC.

————————————————– ——————————

Matt Bank, CIBC Capital Markets, Research Division – Associate [45]

————————————————– ——————————

First question is, can you give any color on what is happening in your 2 biggest imprintables end markets specifically, so corporate and then merchandising and tourism?

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Founder, President, CEO & Non-Independent Director [46]

————————————————– ——————————

Well, I mean, look, it’s hard for us to get a handle on that, to be perfectly honest with you. But look, if the market is slowly recovering, and maybe we can see that tourism is more of a local phenomenon where people are traveling and spending money closer to home, so instead of people coming from outside, they’re — basically, it’s more localized. So there is activity happening on all these areas. So the overall market, I would say, is — probably the event-driven items are still — large gatherings are still negative in the overall market, and those other categories are coming back.

But I think one of the areas where we’re seeing the strongest growth is online, basically selling through — [screenprinters] that sell online as people are at home and looking for products, screenprinted T-shirts that didn’t go all day or didn’t get something from a corporate event. So people are finding other venues to get the product, and that’s a result of — we see it as coming back in terms of our POS based on our market share gains from our pricing strategy but, at the same time, as the market recovers.

————————————————– ——————————

Matt Bank, CIBC Capital Markets, Research Division – Associate [47]

————————————————– ——————————

D’accord. And then just a follow-up on that. Are you able to give roughly what percentage of other imprintables end market is related to large gathering-type events?

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Founder, President, CEO & Non-Independent Director [48]

————————————————– ——————————

It’s just pretty hard to do that, to be honest with you. But it’s, let’s say, 30% and then — I don’t know because everything is a large gathering, right? I mean a picnic is a large gathering. Running a marathon is a large gathering. I mean rock concerts, hockey games, I mean, they’re all gatherings. But people want to [– instead of buying hockey], they’re buying it online, right? So those are the types of things that, even though there may not have the event, they’re still able to find products in different format, right? And they’re having house parties and who knows, right?

————————————————– ——————————

Matt Bank, CIBC Capital Markets, Research Division – Associate [49]

————————————————– ——————————

D’accord. And then I just wanted to clarify on a question asked earlier, I just wasn’t sure. On the question of your customers’ inventory levels, are your customers keeping inventories at the lean levels that they were at after the destocking process? Or are they now restocking, which is — which would be basically a tailwind?

————————————————– ——————————

Glenn J. Chamandy, Gildan Activewear Inc. – Founder, President, CEO & Non-Independent Director [50]

————————————————– ——————————

Right now, I’d say that they’re more or less staying at these levels. And in fact, there could be a little bit more destocking, to be honest with you, in this quarter because they’re — I think that they’re — and that may be a little bit. But overall, I would say it’s cautious, stable to slightly down on the inventory levels right now.

————————————————– ——————————

Opérateur [51]

————————————————– ——————————

Your next question comes from the line of Stephen MacLeod of BMO Capital Markets.

————————————————– ——————————

Stephen MacLeod, BMO Capital Markets Equity Research – Analyst [52]

————————————————– ——————————

My follow-up question has already been answered.

————————————————– ——————————

Opérateur [53]

————————————————– ——————————

And there are no further questions at this time.

————————————————– ——————————

Sophie Argiriou, Gildan Activewear Inc. – VP of Investor Communications [54]

————————————————– ——————————

Eh bien, merci à tous. I’d like to thank everyone for joining us once again, and we look forward to speaking to you very soon. So stay safe, and have a great day. Je vous remercie.

————————————————– ——————————

Opérateur [55]

————————————————– ——————————

Thank you for participating in today’s conference. This concludes today’s call. You may disconnect at this time.

ifeddal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *