– Publicité –

Singapour – La recherche de l’amour n’est jamais facile. Alors que l’avènement des sites de rencontres a fait en sorte que la recherche d’un partenaire ne se fasse qu’au bout de nos doigts, même avec ce genre d’aide, l’amour en ligne n’est pas une recette infaillible pour réussir.

Du moins, c’est ce qu’une femme, qui a payé près de 3000 dollars pour des rendez-vous potentiels, aurait découvert. Lianhe Wanbao a rapporté le samedi 12 septembre que la dame de 49 ans était mécontente de son rendez-vous à l’aveugle de 59 ans, car il n’était pas à la hauteur du battage médiatique qu’on lui avait dit à son sujet. De plus, lorsqu’elle a exprimé son mécontentement, Déjeuner en fait le site de rencontre dont elle a engagé les services aurait refusé de lui rembourser.

Et maintenant, Violet Lim, qui a fondé Lunch Actually avec son mari Jamie, s’est adressée à Facebook pour rétablir les faits.

De nombreux amis m’ont contacté au sujet des derniers articles sur Lunch Actually concernant une cliente de 49 ans…

Publié par Violet Lim sur Dimanche 13 septembre 2020

L’histoire de Mme M.

– Publicité –

La cliente, appelée Mme M, est une fonctionnaire nouvellement divorcée dont les amis lui avaient recommandé d’essayer Lunch Actually, «la société de rencontres pionnière en Asie».

Elle a payé 2939 $ pour un forfait de 3 dates à l’aveugle «premium» qui, selon elle, comprenait une fonction de «sélection de visage» qui lui permettait de choisir le type de caractéristiques physiques qui l’attirait en montrant des photos d’hommes qu’elle aimait, ce que Mme M. a fait, envoyer des photos de célébrités et d’amis.

Attendant quelqu’un qui répondait à la norme qu’elle avait demandée, elle a été rencontrée à la place pour un rendez-vous par quelqu’un qu’elle a décrit comme un «oncle de 59 ans».

Alors qu’elle avait été informée de l’âge de son rendez-vous aveugle, elle avait également été assurée que l’homme était en bonne forme car il faisait régulièrement de l’exercice et qu’il vivait dans le centre-ville. Pour faire une histoire courte, la date, prétendument, n’a pas été à la hauteur de ces descriptions et a également quatre enfants qu’il soutient toujours.

En raison de cette déception, elle a demandé un remboursement, mais n’en a pas obtenu, selon Lianhe Wanbao.

Violet Lim a l’air de son côté

Le dimanche 13 septembre, Mme Lim a écrit un long message sur Facebook réfutant les affirmations de Mme M, écrivant qu’elle pensait qu’elle devait «sortir, clarifier et partager» son «côté de l’histoire au lieu de se taire».

Mme Lim a expliqué que si le forfait choisi par Mme M comprend un certain degré d’attention personnalisée, ce forfait «ne permet pas à un client de choisir l’apparence des matchs comme Mme M l’a affirmé et cela lui est clairement expliqué lors de la consultation.»

Le propriétaire du site a en outre souligné que la cliente «n’avait pas rejeté la correspondance proposée» concernant son rendez-vous avec l’homme de 59 ans et qu’il était dans la tranche d’âge qu’elle préférait.

Mme M avait même des choses positives à dire à son sujet. «Elle a mentionné que M. X, dont le titre de poste est COO, semblait être un bon match», a écrit Mme Lim.

Mme Lim a également réfuté la déclaration de Mme M. selon laquelle on lui avait dit que la date était «vraiment belle et qu’elle ne regretterait pas de l’avoir rencontré».

« Ce que notre consultant a dit à Mme M, c’est que lors de notre séance de profilage avec M. X, nous l’avons trouvé plus jeune que son âge et il s’habille assez bien. »

Elle a souligné que la cliente aurait pu dire non à la date potentielle, ce qui signifiait qu’elle aurait été jumelée avec quelqu’un d’autre.

Voici les autres points réfutés par Mme Lim:

«Nous n’avons jamais mentionné à Mme M que M. X vit dans la ville / dans le centre. Nous n’avons jamais non plus affirmé que tous les enfants de M. X n’étudiaient plus. Ce que nous avons mentionné, c’est que ses enfants ont 20 ans et plus. »

Mme Lim a ajouté que le client a été invité à consulter les conditions d’utilisation (TOS) de la société et que son équipe « a immédiatement proposé d’ajouter une autre date à la formule d’adhésion de (Mme M.). »

«La satisfaction de nos clients est importante pour nous et nous communiquons avec Mme M depuis ses premiers commentaires. Nous continuerons à lui tendre la main et chercherons à résoudre ce problème le mieux possible malgré ses nombreuses fausses allégations au sujet de notre entreprise et de notre communication avec elle », a-t-elle écrit.

Le principal regret de Mme Lim dans cette situation est qu’elle a atteint les médias et que Mme M «a fait de nombreux commentaires déplacés et blessants à propos de son match», même en divulguant son vrai nom et en partageant sa photo. (avec les yeux noirs), ce qui est une violation de la clause de confidentialité de l’accord entre le client et Lunch Actually.

Heureusement, ces détails ont été supprimés et que l’homme en question «a été le parfait gentleman lors de notre appel téléphonique et de notre communication ultérieure. En fait, il m’a dit qu’il avait choisi de pardonner (Mme M).

Mme Lim a déclaré que la société «se battra pour atteindre notre grand objectif audacieux et poilu d’un million de mariages heureux». – / TISG

– Publicité –

ifeddal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *