Octobre a été désigné pour la première fois comme le Mois national de la violence domestique en 1981 par le Coalition nationale contre la violence domestique. Il a d’abord été lancé comme une journée d’unité pour mettre en relation les défenseurs des femmes battues à travers le pays.

La violence domestique touche des millions de personnes, femmes et hommes de toutes races, religions, cultures et statuts. Ce ne sont pas que des coups de poing et des yeux noirs; c’est le cri, l’humiliation, le harcèlement, la manipulation, la coercition, les menaces et l’isolement. C’est voler un chèque de paie, garder un œil en ligne, envoyer des SMS sans interruption, utiliser constamment le traitement silencieux ou traiter quelqu’un de stupide si souvent qu’il le croit.

Depuis le Loi sur la violence à l’égard des femmes adopté en 1994, nous avons parcouru un long chemin. Cette législation historique, dirigée par alors-Sen. Joe Biden, combinent de nouvelles dispositions qui tiennent les délinquants responsables et offrent des programmes et des services aux victimes. Entre 1993 et ​​2010, le taux global de violence domestique a chuté de près des deux tiers, et les lois des États ont été réformées pour aborder des problèmes tels que les abus dans les fréquentations sur le lieu de travail, le harcèlement criminel, la discrimination dans l’emploi, etc.

J’ai invité une organisation locale Solutions de violence domestique pour nous dire comment la pandémie de coronavirus a affecté sa prestation de services, pour décrire ses services de base, pour parler des activités spéciales prévues pour octobre, de la manière dont elle collabore avec les autres et des façons dont vous pouvez la soutenir financièrement. Lisez ci-dessous le travail impressionnant que cette organisation vitale fournit aux résidents locaux.

»Comment le virus COVID-19 a-t-il affecté votre prestation de services?

«Malgré les limites que cette pandémie nous a imposées, DVS a continué avec succès à servir de nombreuses victimes, survivants et familles, à héberger les personnes dans le besoin dans nos abris et à défendre nos clients», a déclaré Jan Campbell, directeur exécutif de DVS. «Le COVID-19 a définitivement changé la façon dont DVS accomplit les tâches quotidiennes. Nous nous concentrons constamment sur la façon dont nous pouvons assurer la sécurité de nos défenseurs et de nos familles, tout en aidant notre communauté autant que possible.

Pendant la pandémie, DVS a apporté les modifications suivantes à ses services:

»Contacts face à face limités.

Jan Campbell, directeur exécutif de Domestic Violence Solutions à Santa Barbara.

Jan Campbell, directeur exécutif de Domestic Violence Solutions à Santa Barbara.

»Il continue de travailler avec les hôpitaux et les forces de l’ordre, en encourageant les interventions téléphoniques en cas de crise et en limitant le chevauchement des changements entre les avocats.

»La gestion des cas se fait actuellement par téléphone et sera transférée en personne dans les prochaines semaines avec toutes les précautions de sécurité en place (séparateurs en plexiglas, 6 pieds et boucliers).

»Le counseling est virtuel et a réussi. Il a été en mesure d’aider les clients qui sont hors d’état.

»Il offre des conseils de groupe gratuits qui ont été utiles pour de nombreux clients.

»Il utilise des hôtels pour ses clients à Santa Barbara. Son refuge de Santa Barbara est une vie communautaire, et DVS place les clients dans des hôtels depuis deux semaines pour réduire l’exposition inutile.

»Pendant ce temps, il fournit aux clients la gestion de cas, la planification de la sécurité, l’établissement d’objectifs, ainsi que de la nourriture, des vêtements et d’autres nécessités d’urgence.

»Fournir une variété de technologies à ses clients. L’abus technologique, l’un des types de violence domestique, est en augmentation. Les agresseurs ont placé des dispositifs de suivi sur les téléphones de leurs partenaires, mis sur écoute leurs appels téléphoniques, publié des photos inappropriées sur des sites classés X se faisant passer pour leur partenaire, piraté des e-mails, créé de nouveaux mots de passe, etc.

»Veuillez décrire vos services de base.

Domestic Violence Solutions offre une variété de services à la communauté. Sa mission est de fournir sécurité, abri et soutien aux personnes et aux familles touchées par la violence domestique et de collaborer avec les partenaires communautaires pour sensibiliser à la cause, à la prévalence et à l’impact. DVS fournit:

»Assistance en cas de crise 24 heures sur 24

»Des abris sûrs et confidentiels

»Réponse d’urgence avec les forces de l’ordre à tous les appels à la violence domestique et défense des clients

»Logement permanent de la section 8 basé sur des projets

»Programme de logement d’abord, qui offre une aide temporaire aux familles pour réintégrer le marché du logement avec succès

»Formation de 40 heures sur la violence domestique

»Coaching de compétences professionnelles et de vie

»Sensibilisation et éducation des adolescents et de la communauté

»Groupes de soutien communautaire

»Renvois vers d’autres agences

»Avez-vous des activités spéciales prévues pour octobre?

Octobre est le mois de la sensibilisation à la violence domestique et le thème du DVS est «Valiant Voices».

« En raison du COVID, nous ne pouvons pas organiser nos veillées en personne comme nous l’avons fait depuis de nombreuses années », a déclaré Campbell. «Au lieu de cela, nous essayons quelque chose de nouveau et organisons une série de rencontres Zoom tous les jeudis à 18 h pendant le mois d’octobre.

<< Chaque semaine, notre personnel sera consacré à un sujet différent, les experts présentant les informations et répondant aux questions. Au cours de chacune de ces sessions Zoom, nous lirons les témoignages silencieux des 10 vies les plus récentes perdues à cause de la violence domestique dans notre comté , honorer et se souvenir de leur vie.

<< Nous encourageons tous les membres de notre communauté et d'autres États à participer et à en savoir plus sur ce que fait notre organisation et sur d'autres sujets importants liés à la violence domestique. Pour participer, vous devez vous inscrire sur notre site Internet puis le lien Zoom vous sera envoyé. « 

»Avec quelles organisations collaborez-vous ou êtes-vous en partenariat?

DVS travaille avec de nombreuses organisations du comté de Santa Barbara. En voici quelques-uns avec lesquels il fonctionne sur une base hebdomadaire sinon quotidienne.

»C.A.R.E.4Paws – Programme Safe Haven

»Agence de services à la famille

»Médiation d’écoute sur la maltraitance des enfants (CALM)

»Ensemble pour mettre fin aux agressions sexuelles (STESA)

»Centre de protection de l’enfance et de crise de viol du comté du Nord

»Fondation d’aide juridique du comté de Santa Barbara

»Les gens de la vallée de Santa Ynez aident les gens

»Banque alimentaire du comté de Santa Barbara

»Saint-Vincent

»Maison de transition

»Unity Shoppe

 » Qu’est-ce que l’amour

»Programme d’aide aux victimes et aux témoins

»Avez-vous des collectes de fonds spéciales à venir ou quelque chose que vous voulez dire aux donateurs potentiels?

« Nous aurons une partie de don à la fin de chaque rencontre Zoom », a déclaré Campbell. « La première demande du jeudi concerne les articles en nature qui sont toujours nécessaires; les autres jours, nous avons un menu d’articles, montrant ce que le montant de votre don peut acheter pour nos clients.

« Notre appel de fin d’année sera envoyé pour demander des dons à nos nouveaux donateurs actuels et potentiels en décembre. Nous contacterons également les entreprises à peu près à la même époque, en leur offrant un parrainage annuel comprenant des avantages. pour ces donateurs.

« Nous sommes très reconnaissants à tous nos donateurs de longue date et à nos nouveaux donateurs. Il faut plus qu’un village – il faut une communauté! »

– Le Dr Cynder Sinclair est consultant auprès d’organismes à but non lucratif et fondateur et PDG de Association à but non lucratif Kinect. Elle dirige avec succès des organismes sans but lucratif depuis 30 ans et détient un doctorat en gestion organisationnelle. Pour lire son blog, cliquez ici. Pour lire ses articles précédents, cliquez ici. Elle peut être contactée au 805.689.2137 ou [email protected]. Les opinions exprimées sont les siennes.

ifeddal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *