Le ruisseau South Jinks, la zone de la baie et la zone de travail du chenal d’alimentation sont indiqués, ainsi que le site de déblais près du rivage proposé. Image: Sunset Beach

Sunset Beach a de nouveau soumis des demandes de permis aux agences étatiques et fédérales après avoir trouvé un nouvel emplacement proposé pour mettre le sable que la ville espère avoir pompé des voies navigables environnantes.

Plus tôt cette semaine, la ville a adressé des demandes de permis de dragage modifiées à la Division de la gestion côtière du N.C. et au Corps des ingénieurs de l’armée américaine, demandant de placer du sable compatible avec la plage juste au large.

Cette nouvelle proposition visant à placer du sable de qualité de plage pompé du sud de Jinks Creek sur un site près du rivage vient après que les propriétaires en bord de mer ont déclaré qu’ils refuseraient d’accorder des servitudes de propriété de la ville.

Selon les informations fournies sur le site Web de la ville, ces propriétaires se sont déclarés préoccupés par la possibilité de perdre la propriété «en bord de mer». Les propriétaires fonciers ont souligné une loi de la Caroline du Nord qui dit, en partie, «le titre ou la terre dans ou immédiatement le long de l’océan Atlantique élevé au-dessus de la ligne moyenne des hautes eaux par des projets financés par des fonds publics qui impliquent un dragage hydraulique ou d’autres dépôts de déblais ou de sable gilets dans l’État. »

Le projet proposé serait partiellement financé par des subventions publiques.

Selon la proposition initiale, la ville devrait obtenir des servitudes de construction temporaires pour installer l’équipement sur des propriétés privées afin de déplacer le sable dragué du ruisseau sur une partie du front de mer entre le cinquième et le 12.e des rues.

Peu de temps avant que la ville ne demande au Corps de retirer sa demande de permis au début de cette année, l’agence fédérale a envoyé à la ville une lettre indiquant que le site de mise en place de sable d’origine proposé ne s’érode pas ou n’a pas besoin de sable supplémentaire.

La ville a également envisagé de déplacer du sable compatible avec la plage vers une plage adjacente dans une ville voisine, mais les règles de l’État exigent que le sable soit entretenu et, s’il est temporairement retiré, renvoyé dans la zone littorale d’où il a été dragué.

Le stockage temporaire du sable dans une installation de montagne prendrait plus de temps pour mettre le sable sur la plage et augmenterait considérablement le coût du projet, selon les responsables.

L’option de placement nearshore a été évaluée comme «un dernier recours», selon le site Web de la ville. «Bien que le placement près du rivage ne soit pas une option largement utilisée pour les intervenants non fédéraux, l’alternative offre une option de réutilisation avantageuse pour le placement du matériel de plage du sud de Jinks Creek. Le placement à proximité des côtes constitue également une alternative écologiquement acceptable et la moins coûteuse qui répond à l’objectif et aux besoins du projet. »

La demande de permis modifiée propose de déplacer environ 40500 verges cubes de sable compatible avec la plage du sud du ruisseau Jinks dans le littoral le long d’environ 2000 pieds de rivage vers la mer entre Third et 13e des rues.

La ville a choisi cet endroit en particulier après avoir évalué les impacts des récents ouragans, selon les informations fournies sur le site Web de Sunset Beach.

«La ville a subi des impacts d’érosion notables sur la plage et le système de dunes le long de leur littoral central s’étendant entre 3rd Rue et 13e. Bien que la Ville n’ait pas documenté les impacts sur la plage et le rivage, les données obtenues de la DCM (Division of Coastal Management) corroborent le consensus général sur les préoccupations d’érosion dans la zone de 3rd à 13e rues », selon Moffatt & Nichol, la firme d’ingénierie basée à Raleigh engagée par la ville pour superviser le projet de dragage proposé.

Richard Hilderman, un résident de Sunset Beach, un opposant virulent au projet proposé, a fait valoir que les données d’érosion le long de cette section de plage doivent être examinées plus en détail et que la ville n’a pas justifié de placer le sable au large.

«Afin de vérifier l’affirmation selon laquelle la plage entre 3rd et 13e St érode les données réelles qui doivent être évaluées », a-t-il déclaré dans un e-mail. «Ils ont identifié des zones où les déblais pourraient être stockés jusqu’à ce qu’un site bénéfique puisse être trouvé dans la zone littorale de Tubbs Inlet. Ce sable est trop précieux pour être perdu en le plaçant au large où (il) sera enlevé par le système de transport long-rivage.

Hilderman soumet des commentaires à l’État et au Corps, qui ont tous deux ouvert des périodes de commentaires publics de 30 jours sur les demandes de permis.

Il y a un an, la ville a reçu un permis majeur de la loi sur la gestion des zones côtières, ou CAMA, pour draguer environ 3 miles de voie navigable et placer du sable compatible avec la plage sur un peu plus de 8 acres de front de mer.

Ce permis autorisait le projet à la condition que la profondeur de dragage maximale soit de 2 pieds sous la moyenne des basses eaux, ce qui est conforme à une décision de l’État interdisant le dragage des canaux et des bassins de bateaux plus profonds que les eaux de raccordement.

En février, la Coastal Resources Commission, ou CRC, a accordé une dérogation à ce permis qui permet à la ville de draguer environ 18 acres, y compris le sud de Jinks Creek, à une profondeur plus profonde que les eaux de liaison le long de sa frontière est.

La variance permet le dragage d’environ 10 650 pieds du sud du ruisseau Jinks, de la baie et du chenal d’alimentation, jusqu’à une profondeur d’au plus 6 pieds sous l’eau moyenne. Une série de canaux digitaux serait draguée à 5 pieds sous la moyenne des basses eaux.

Les responsables de Sunset Beach ont commencé à étudier le dragage d’entretien des voies navigables, y compris Mary’s Creek et Turtle Creek, il y a une dizaine d’années pour améliorer et restaurer l’accès à la navigation.

Les responsables de la ville affirment que le dragage aidera la ville à gérer le développement futur, car il créera un alignement de tête de quai qui permettra à la ville de surveiller la construction future des quais pour s’assurer que les nouveaux quais n’entraveront pas la navigation.

On estime que 48 600 mètres cubes de sable dragué jugés non compatibles pour être placés sur le front de mer seront placés dans une décharge des hautes terres.

La ville devra obtenir une modification majeure de son permis CAMA existant de l’État. DCM accepte les commentaires du public jusqu’au 26 octobre.

Le Corps n’avait pas publié sa période de commentaires pour la demande de permis à la date limite pour ce rapport vendredi.

ifeddal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *