Dans le hit estival de Netflix, « Indian Matchmaking », la marieuse basée à Bombay Sima Taparia consulte un astrologue pour déterminer si un client est compatible pour un mariage avec un partenaire potentiel. Pour ceux qui n’ont pas d’astrologue sur la numérotation abrégée, une nouvelle application de rencontre basée sur l’astrologie peut fournir une aide du cosmos.

L'application de rencontres Struck connecte les utilisateurs en fonction des signes astrologiques

(Gracieuseté de Struck / Rachel Lo)

Comme les autres applications de rencontres, le Struck récemment lancé nécessite un profil, des photos et des informations personnelles. Mais il vous demande également votre date de naissance, votre heure de naissance et votre lieu de naissance pour créer un thème astral, également appelé thème natal. Les utilisateurs reçoivent des matchs une fois par jour en fonction de la compatibilité astrologique après ajustement pour les préférences de localisation et de sexe. Et surtout, l’application met à disposition les cartes natales des utilisateurs correspondants – une fonctionnalité que la fondatrice Rachel Lo dit résout le moment gênant où les amateurs d’astrologie doivent demander des dates pour les heures de naissance pour explorer leur thème.

Nous avons rencontré Lo pour demander à cette «fille de science hardcore» qu’elle se décrit elle-même comment elle en est arrivée à créer cette nouvelle application de rencontre qui se vante de «Sceptiques bienvenus».

Lo a grandi dans le sud de la Californie, a étudié le génie mécanique à Berkeley et a finalement travaillé chez Apple et diverses startups technologiques à San Francisco avant de vivre une «crise du quart de vie». Dans une quête pour trouver une place dans la technologie et dans le monde, elle a commencé à utiliser l’astrologie comme un moyen de se comprendre.

«Je le vois comme un très bon outil pour parler de vos émotions dans une langue que beaucoup d’entre nous n’avaient pas appris à communiquer», a-t-elle déclaré. «Dans ma vie et celle de beaucoup de gens, l’astrologie coexiste avec la science et ce ne sont pas des contextes qui s’excluent mutuellement.»

Application de rencontres basée sur l'astrologie, Stuck.

App de rencontres frappé

(Gracieuseté de Struck / Rachel Lo
)

Elle a vu une opportunité dans une application de rencontres basée sur l’astrologie de rassembler ses intérêts pour l’astrologie et la technologie et de créer quelque chose qui ralentissait le processus d’utilisation d’une application de rencontres. Sur Struck, les utilisateurs sont limités à quatre matchs par jour sans possibilité de «glisser» parmi les utilisateurs comme ils le peuvent sur Tinder. Et au milieu d’une pandémie qui limite considérablement les rencontres, l’équipe prévoit d’intégrer des jeux auxquels les utilisateurs peuvent jouer les uns avec les autres dans l’application, ainsi qu’une fonctionnalité qui inclut des cartes natales de célébrités.

Certaines applications de rencontres sont comme un bar où vous essayez de parler à cinq à 10 personnes différentes en une nuit et essayez de trouver quelqu’un d’intéressant, a déclaré Jordan Banafsheha, qui travaillait auparavant chez Tinder et a servi de conseiller pour diverses applications de rencontres. Banafsheha a fait un essai routier de l’application Struck dès le début et a conclu: «Struck consiste davantage à être invité chez un ami commun et à rencontrer une ou deux autres personnes. C’est un contexte différent et une intention plus élevée. « 

La conseillère en astrologie de Struck est Nadine Head-Gordon, une ancienne graphiste devenue astrologue à plein temps avec plus de 250 000 abonnés sur Instagram, où elle est connue sous son nom professionnel «Nadine Jane». Elle a dit que l’astrologie ne peut pas promettre une âme sœur, mais plutôt restreindre le bassin de rencontres. L’algorithme de l’application compare les planètes sur les cartes d’utilisateurs qui, selon les astrologues, indiquent des traits de personnalité.

«Nous essayons d’éliminer les personnes avec lesquelles vous ne vous sentiriez pas familier immédiatement, ne ressentiriez pas de chimie ou ne sentiriez pas comme une étincelle naturelle», a déclaré Head-Gordon. « Et nous essayons de vous mettre en contact avec des personnes dont vos premières impressions et votre tempérament général sont assez bien alignés. »

Head-Gordon a déclaré qu’elle avait résisté aux invitations à consulter d’autres applications basées sur l’astrologie, car elle pensait qu’il s’agissait d’efforts peu sincères pour capitaliser sur la résurgence populaire de l’astrologie. En Lo, cependant, elle a noté un intérêt authentique pour l’astrologie et une bonne idée de ce que l’astrologie pourrait accomplir dans le domaine des rencontres. Elle était également attirée par l’introspection dans laquelle Lo et son co-fondateur et ingénieur produit Alex Calkins s’étaient lancés après avoir quitté Apple, où ils s’étaient rencontrés pour la première fois.

App de rencontres frappé

((Avec l’aimable autorisation de Struck / Rachel Lo)
)

Leur historique de travail chez Apple ne s’est pas traduit par un parcours facile pour faire publier Struck dans l’App Store d’Apple. En fait, après huit mois de développement et des milliers de dollars d’investissement personnel, Lo et Calkins ont été confrontés à des refus répétés de la part de l’équipe d’examen des applications, ce qui a suggéré que l’application était du «spam» selon leurs directives qui n’autorisent pas les applications de bonne aventure. Après des appels et plus de refus, Lo a publié un plaidoyer passionné sur les réseaux sociaux.

«Il est tout simplement très clair que la directive a été rédigée par quelqu’un qui ne comprend pas pleinement le monde de l’astrologie, et nous avons estimé que c’était assez insensible à la culture», a déclaré Lo. «Que vous y croyiez ou non, l’astrologie est depuis très longtemps un élément énorme et important de la vie des gens dans la majorité du monde.»

Sur Instagram, Lo a fait valoir que l’interdiction avait un impact négatif sur les femmes développeurs, car l’astrologie est plus populaire parmi les femmes et les membres de la communauté queer. À part Calkins, toutes les personnes impliquées qui ont aidé à créer Struck sont des femmes, dont deux femmes de couleur et une femme queer qui a soutenu la science des données dans l’application.

Après le message public de Lo, son ami David Farrier a publié un article suggérant que «l’interdiction de l’astrologie d’Apple affecte de manière disproportionnée les entreprises et les développeurs dirigés par des femmes.» Dans les 24 heures, Apple a annulé sa décision et la publication de l’application a été approuvée dans son App Store.

Struck est disponible uniquement à Los Angeles, dans la région de la baie et à New York avec des plans pour plus de villes en préparation. Lo a déclaré avoir reçu de nombreuses demandes d’expansion dans des villes américaines et jusqu’en Australie, au Brésil, en Espagne et au Royaume-Uni. Pour le moment, c’est gratuit, même s’ils envisagent un modèle d’abonnement mensuel payant à l’avenir. Lo, Head-Gordon et l’équipe encouragent ceux qui sont sceptiques à propos de l’astrologie à lui donner un tourbillon.

« Vous n’êtes pas obligé de considérer tout ce qui se trouve dans l’application comme des faits ou comme un destin prédéterminé », a déclaré Head-Gordon. « Ma phrase préférée est de prendre ce que vous aimez et de laisser le reste. »

ifeddal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *