Une femme porte une expression choquée et se couvre les oreilles tout en regardant un ordinateur portable. Des verres sont visibles sur la table à côté de l'ordinateur.
Illustration photo par Slate. Photos de Deagreez / iStock / Getty Images Plus.

Slate demande maintenant à ceux qui lisent le plus de soutenir plus directement notre journalisme en s’abonnant à Slate Plus. Apprendre encore plus.

Danny est en ligne chaque semaine pour discuter en direct avec les lecteurs. Voici une transcription modifiée du chat de cette semaine.

Q. J’ai accidentellement entendu parler de la chambre de mon patron: J’étais sur un appel Zoom avec mon patron et deux autres collègues la semaine dernière. Quand mon patron a pensé qu’il était muet, il a entamé une conversation extrêmement intime et classée X avec sa petite amie en utilisant la voix-texte sur son téléphone. Cela a duré presque une minute entière avant qu’il ne se rende compte qu’il n’était pas réellement muet. Il semblait mortifié, mais nous avons tous prétendu n’avoir rien entendu et avons simplement continué la réunion. Puis, le lendemain, il nous a envoyé à tous les trois un mème inapproprié. Il essayait clairement de désamorcer la tension mais cela ne faisait que monter! ALORS, après tout cela, il a commencé un fil d’excuses Gchat. Maintenant, c’est horriblement gênant. Je veux juste oublier tout ce qui s’est passé, mais quand il en parle constamment, je ne peux pas avancer. La dernière chose que je veux faire est d’en discuter avec mon patron, mais cela me semble de plus en plus nécessaire. Que devrais-je faire?

UNE: C’est cauchemardesque! Et aussi embarrassant que l’incident original a dû être, cela semble 10 fois pire d’essayer de passer une journée de travail en se demandant quand votre patron va le reprendre, dans quel format, et s’il va plaisanter ou tripler sur les excuses qu’il a déjà faites.

Puisqu’il a déjà fait preuve d’un mauvais jugement répété sur cette question, je pense que votre prochaine étape devrait être de parler aux RH, si votre entreprise est suffisamment grande pour avoir un service des ressources humaines, ou d’en parler avec le patron de votre patron si ce n’est pas le cas. Vous avez beaucoup de preuves écrites qu’il a soulevé cela plusieurs fois alors que le reste d’entre vous a simplement essayé de l’oublier et de passer à autre chose, et la société devrait avoir un intérêt direct à le faire arrêter, car c’est le motif d’un futur sexuel. cas de harcèlement. À cette fin, vous voudrez peut-être également parler à un avocat de vos options si le fait de passer outre la tête de votre patron n’obtient pas de résultats ou si vous craignez des représailles. Mais je pense qu’il vaut mieux impliquer les RH ou la haute direction à ce stade – vous méritez un soutien institutionnel et il a besoin de véritables conseils et conséquences pour avoir mis ses employés dans des positions aussi inconfortables encore et encore.

Comment obtenir des conseils de Prudie:

Envoyez vos questions pour publication à prudence@slate.com. (Les questions peuvent être modifiées.)

Rejoignez le chat en direct les lundis à midi. Soumettez vos questions et commentaires ici avant ou pendant la discussion.

Appelez la messagerie vocale du podcast Dear Prudence au 401-371-DEAR (3327) pour entendre la réponse à votre question sur un futur épisode de l’émission.

Q. Je ne veux pas être Karen, mais…: Je vis dans une petite ville rurale qui est extrêmement blanche et plutôt conservatrice (à l’exception du corps professoral et du personnel de l’université locale, qui m’inclut). La ville a récemment passé un mandat de masque puisque notre gouverneur refuse. Je me soucie profondément de la justice raciale et donc je n’appellerais généralement jamais la police pour quelqu’un… mais c’est différent puisque ne pas porter de masque met en danger les gens. Est-ce une décision de Karen d’appeler la police sur quelqu’un qui ne respecte pas un mandat de masque? Pour être clair, je n’appellerais toujours pas la police si la personne violant le mandat était noire en raison du risque accru de violence policière (mais toutes les plaintes concernant le port de masques proviennent de membres de la communauté blanche).

UNE: La question la plus importante est: «Est-ce que le fait d’appeler la police sur quelqu’un qui ne respecte pas un mandat de masque rendrait quelqu’un plus sûr?» Les populations incarcérées sont plus à risque et avoir loin moins d’options de traitement et la gestion des risques que les populations non incarcérées le font. Je pense que la réponse à cette question est un «non» assez simple. Cela ne signifie pas qu’il est sécuritaire pour les gens de ne pas porter de masque en public, mais cela démontre l’utilité limitée d’une intervention de la police.

La question suivante pourrait être quelque chose comme: «À quoi cela ressemble-t-il pour moi en tant qu’individu, et pour nous en tant que communauté, de faire face aux risques réels et à la mise en danger sans appeler la police?» Comment pourriez-vous utiliser votre position à l’université pour fournir des informations et des EPI au grand public? Quels sont les membres les plus à risque de votre communauté et comment pouvez-vous les aider? Pouvez-vous emporter des masques de rechange avec vous lorsque vous êtes en public et les offrir aux personnes qui pourraient en avoir besoin, puis proposer une stratégie pour passer à autre chose et concentrer votre énergie ailleurs si quelqu’un refuse? Quels sont les groupes ou organisations qui ont développé des stratégies similaires que vous admirez et comment pouvez-vous apprendre d’eux ou entrer en contact avec eux? Il existe un certain nombre de façons de soutenir le port du masque qui ne se concentrent pas uniquement sur les valeurs aberrantes les plus tenaces, et je pense que la meilleure utilisation de votre temps et de votre énergie en ce moment est de choisir les batailles où vous pensez pouvoir faire le plus. bien.

Q. Dernière lie des liens familiaux: J’ai été coupé de ma famille il y a près de 30 ans parce que j’ai rejeté l’église dans laquelle j’ai grandi. Cela n’a pas été facile, mais j’ai surtout accepté. Nous ne serons jamais proches. (Je ne retournerais JAMAIS à ce groupe fondamentaliste, prophétisant apocalyptique, misogyne et contrôlant.) Ils le savent; Je sais ça.

Il y a quelques années, je me suis engagé à essayer d’être la personne la plus grande, et pendant un certain temps, j’ai pu raviver un semblant de relation avec un frère ou une sœur qui m’étend sporadiquement, mais j’en suis juste… fatigué. Je sens que je dois faire tellement de levage émotionnel. J’ai surmonté la bosse d’être traumatisé par les interactions individuelles, mais maintenant je ne veux même plus prendre la peine de répondre au texte occasionnel. Pourquoi devrais-je déranger? J’ai beaucoup de membres de ma famille élargie du côté de mon père avec lesquels je suis connecté, donc je ne manque pas de tous les liens familiaux – juste les gens avec qui j’ai grandi et avec qui je partage des souvenirs d’enfance. Mettant de côté les différences idéologiques, les abus passés et la douleur, j’ai l’impression d’avoir fini. Mais c’est étrange qu’à la fin, l’ennui finisse par être le dernier clou du cercueil.

Ils n’ont pas besoin de moi et j’obtiens tout mon soutien émotionnel des autres – est-ce une raison suffisante pour juste fantôme? Parce que c’est ce que je ferais. J’ai déjà eu le cœur à cœur et les confrontations larmoyantes. Je suis prêt à passer à autre chose. Je ne déclarerais pas mes sentiments, je disparaîtrais simplement – encore une fois. Est-ce terrible?

UNE: Cela peut blesser les sentiments de votre famille, mais cela ne ressemble pas à éviter les sentiments blessés est votre objectif principal ici. (Parfois, les sentiments blessés sont un mal nécessaire; parfois ils peuvent même conduire à une réflexion et à un changement significatifs.) Si vous êtes prêt à accepter cela comme un sous-produit nécessaire des images fantômes, vous serez peut-être prêt à couper ce lien final. Vous pouvez également explorer la possibilité de dire quelque chose – pas nécessairement d’avoir un cœur à cœur, mais une brève explication sur les raisons pour lesquelles maintenir cette connexion s’est avérée trop difficile pour vous avant de couper le contact. Vous n’avez pas à le faire, bien sûr, mais cela peut être un peu soulagé de savoir que votre frère sait ce que vous faites, même si ce n’est qu’à partir d’un bref texte. Il est parfaitement compréhensible que vous ne vous sentiez pas à la hauteur du « Hé, comment ça va? » conversations avec quelqu’un qui est toujours en contact avec votre famille d’origine dominante et religieusement abusive. Vous avez expliqué les raisons pour lesquelles vous vous êtes éloigné plus d’une fois et vous avez été confronté au déni, à l’apitoiement sur vous-même et à l’hostilité – vous n’avez pas à recommencer si vous voulez simplement mettre fin à la relation.

Q. Garçon bruyant: Mon petit ami est une personne absolument merveilleuse – voici le mais – MAIS j’ai du mal avec le fait qu’il émet des sons de porc quand il mange. Cela m’a amené à repenser comment et quand nous passons du temps ensemble, en évitant surtout quoi que ce soit autour des repas. Ma question est la suivante: comment gérer cela? Je l’aime beaucoup.

UNE: Pas en essayant d’éviter les repas avec lui, je pense. Il n’est jamais amusant d’envisager de dire à une personne qui vous tient à cœur qu’elle a une habitude désagréable ou rebutante, mais vous voudrez probablement savoir si vous aviez une habitude tout aussi ennuyeuse que vous n’aviez pas encore reconnue. Manger bruyamment est une habitude assez réparable, pas une qualité inhérente qu’il ne peut pas changer. Il peut commencer à manger plus lentement et garder la bouche fermée lorsqu’il mâche – mais il doit d’abord savoir que c’est un problème. Dis juste quelquechose! N’attendez pas qu’il soit en train de le faire, car c’est un peu gênant d’avoir une telle conversation telle qu’elle se passe. Soyez poli et ne le surchargez pas: « Vous ne l’avez peut-être pas remarqué, mais vous avez l’habitude de mâcher fort et de faire du bruit lorsque vous mangez, et c’est assez distrayant. » Si vous voulez le rassurer avant ou après, vous pouvez, mais vous n’avez pas à vous excuser de lui avoir demandé de mâcher plus doucement. Dites simplement quelque chose, et n’y pensez pas trop.

Q. Mon mari a oublié mon anniversaire: Je suis mariée à mon mari depuis 13 ans. Nous sommes ensemble depuis 22 ans et avons cinq enfants. Pendant cette période, il n’a pas fait grand-chose pour moi les anniversaires, la fête des mères ou les anniversaires, même si je fais toujours quelque chose de spécial pour lui en de telles occasions. Nous sortons parfois dîner pour fêter ça mais rien de grand et d’extravagant. Cette fête des mères, il m’a donné une carte. Pour mon récent anniversaire, il n’a rien fait. Son travail nous émeut beaucoup et j’ai dû quitter mon dernier emploi pour déménager pour lui. Je lutte contre la dépression parce que je ne trouve pas de travail. Alors maintenant, je suis blessé. Je ne me sens ni apprécié ni aimé. Il dit que je suis difficile, mais j’aurais pris n’importe quoi. Maintenant, nous nous séparons car il ne s’excusera même pas. Est-ce la bonne décision?

UNE: Je ne peux pas vous promettre qu’il s’agit de la bonne décision (ou même qu’il n’y a qu’une seule bonne décision à votre disposition), mais il semble certainement qu’il y ait plus que quelques anniversaires en jeu. A-t-il l’habitude de vous faire sentir apprécié le reste de l’année, ou son non-respect des vacances indique-t-il un schéma plus large où il vous prend pour acquis et rejette vos sentiments? Savait-il que vous combattiez la dépression pendant cette période de chômage? Est-ce qu’il s’excuse souvent quand il pense qu’il a eu tort ou fait-il généralement semblant que rien ne s’est passé après une dispute? Cette période de séparation vous a-t-elle fait sentir plus seul? Cela vous a-t-il rappelé toutes les choses que vous aimez chez lui ou a-t-il mis en évidence le caractère unilatéral de votre relation? Plus important encore: de quoi auriez-vous besoin de votre mari pour essayer de nouveau votre mariage, et pensez-vous qu’il est prêt à vous le donner?

Q. Jumeau, pas tuteur: Ma sœur jumelle s’est mariée très jeune et a trois enfants. J’ai une carrière exigeante qui implique de longues heures et des tonnes de voyages. Les plantes d’intérieur me posent trop de problèmes. Je ne suis pas non plus une patiente ou une personne maternelle, même si j’aime mes neveux. Récemment, ma sœur et son mari m’ont demandé de devenir le tuteur légal de leurs garçons si quelque chose leur arrivait. Je ne sais pas pourquoi, quand nos parents sont vivants et que notre frère aîné est marié. Mon beau-frère a plusieurs frères et sœurs qui sont mariés avec des enfants. Je leur ai dit que j’étais flatté mais que je ne pensais pas être le bon candidat. Ma jumelle s’est fâchée contre moi et a pris mon refus comme un rejet personnel de ses enfants. Je ne dois pas «les aimer assez». Je me suis excusé et j’ai expliqué mes raisons: je devrais quitter ma profession pour m’occuper des garçons, et ce serait un énorme gâchis. Ma sœur vient de me siffler: «Tu es censée être ma jumelle!»

Elle ne me parle plus maintenant. Ma famille pense que j’aurais dû voir cela venir – ma sœur voulait «m’honorer» et j’aurais simplement dû l’accepter car cela n’arrivera probablement pas. C’est énervant. J’ai l’impression d’être puni pour avoir été logique sur une responsabilité légale. J’ai en fait réfléchi et pris soin de la possibilité que mes neveux deviennent orphelins. Que dois-je faire ici? J’adore ma sœur, mais être sa jumelle est un fait, pas une raison d’être une bonne gardienne! Le plus long que j’ai passé aux États-Unis a été un mois, l’année dernière, en convalescence après une opération.

UNE: Je suppose qu’il est possible que dire «Ce serait un énorme gâchis» ait activé la protection de votre sœur autour de ses enfants, mais c’est vraiment un problème esthétique – vous avez soigneusement réfléchi à la question de savoir si vous étiez le meilleur premier candidat pour accueillir les enfants de votre sœur. l’événement improbable de sa mort (et celle de son mari) et a décidé que la réponse était non. Dire «sûr» à quelque chose simplement parce que vous pensez que cela ne se produira probablement pas est une recette pour les ennuis; Je ne peux pas être d’accord avec vos autres parents sur le fait que vous auriez dû accepter juste pour la rendre heureuse. Peut-être qu’après avoir eu quelques semaines de plus pour se calmer, vous pouvez réessayer avec quelque chose comme ceci: «J’espère que vous savez à quel point j’aime mes neveux, parce que je les aime. Je t’aime aussi. S’il vous arrivait quelque chose à vous et à votre mari, je serais là pour eux. J’ai dit non à être votre première option en tant que tuteur possible car, en tant que personne seule qui voyage souvent, je ne pourrais pas offrir aux enfants la même stabilité et le même soutien financier que nos parents, frères et sœurs et beaux-parents. Mais je ferais tout ce que je pourrais pour eux. « 

Q. La meilleure amie de mon mari avec qui il a déjà eu des relations sexuelles: J’ai prévenu mon mari avant de nous réunir il y a des années que je n’étais pas à l’aise avec le fait qu’un de mes partenaires ait un ami avec qui il a couché. Il a dit OK. Eh bien, nous avons essayé d’avoir une relation ouverte et il a décidé de coucher avec son meilleur ami, pour qui, m’a-t-il dit, il avait déjà eu un faible pour. Tout a été annulé parce que je n’étais pas à l’aise avec quoi que ce soit. Il était d’accord avec ça, mais maintenant il n’arrêtera pas de lui parler malgré que je lui dise que je suis mal à l’aise avec leur amitié et que nous avons eu cette conversation avant de nous réunir. Il a quelque peu réduit leur amitié, mais je ne suis toujours pas à l’aise. Je suis profondément blessé et il les efface simplement et me fait sentir que mes sentiments à ce sujet sont sans importance. Et il a dit que s’il devait choisir, il la choisirait; nous avons eu récemment des problèmes, principalement liés à tout cela. Que devrais-je faire? Comment dois-je gérer cela? Est-ce que je réagis de manière excessive ou ai-je raison de me sentir blessé et bouleversé par cela?

UNE: Je ne sais pas comment cela pourrait être exagéré si vous vous sentez blessé lorsque votre mari dit, sans y être invité: «J’ai toujours eu un faible pour ma meilleure amie, et maintenant que nous avons couché ensemble, je suis prêt à la choisir sur vous. » C’est blessant! Vous êtes entré dans cette relation avec une frontière personnelle assez claire sur l’amitié et le sexe; cette limite a maintenant été violée et votre mari a l’intention de continuer à ne pas en tenir compte à cause de son meilleur ami. Qu’est-ce que cela signifie pour vous de rester dans un mariage où votre mari a clairement indiqué que vous n’êtes pas sa première priorité? Voyez-vous un compromis possible significatif ou voyez-vous une incompatibilité fondamentale?

Vous pouvez gérer cela comme vous le souhaitez. Vous n’êtes pas obligé de quitter votre mari si vous ne le souhaitez pas. Demander à un partenaire de ne même jamais parler à quiconque avec qui il a déjà couché est une tâche assez ardue, et cela vaut peut-être la peine de passer du temps à vous demander si c’est une règle absolue à laquelle vous voulez vous engager dans les relations futures. Mais c’est aussi un défi de taille de dire à votre femme: «Non seulement je garde une amitié étroite avec un ancien amant et un béguin en cours, mais je prévois de la choisir plutôt que vous si jamais cela arrive à cela – maintenant que devrions-nous avoir pour le dîner ce soir? Quelle que soit la façon dont vous décidez de gérer cela, que vous suiviez un counseling de couple ou une thérapie individuelle, que vous souhaitiez une séparation à titre d’essai ou autre chose, vous devriez prendre vos propres sentiments au sérieux au lieu d’essayer de convaincre votre mari de les prendre au sérieux quand il ne veut pas le faire. .

Q. Des vacances pas si adaptées aux enfants: Nous venons de terminer de grandes vacances en famille avec la grande famille de mon mari. Nous essayons de nous réunir tous les deux à trois ans pour des vacances. Nous vivons à l’extérieur de l’État et ne les voyons pas en dehors de la période des fêtes chaque année, donc ces vacances sont un gros problème. Mes beaux-parents n’ont pas emmené leur grande famille en vacances avant que mon mari ne soit à l’université, alors mon beau-père a une liste des endroits où il a toujours rêvé d’aller. À la fin de ces vacances, mon beau-père a annoncé les deux prochaines vacances en famille dans deux et quatre ans: Chicago et Hawaï. Il a pris cette décision sans consulter les autres membres de sa famille.

Trois d’entre nous ont des enfants, et dans deux ans, il y aura trois enfants de 2 ans dans le groupe, dont ma propre fille. Mon mari et moi avons discuté de façon excessive et privée de la façon dont ces vacances sonnent mal pensées avec tant de tout-petits (et peut-être plus de bébés?) Dans la famille – sans parler de cher! Nous essaierons de garder l’esprit ouvert, et dans deux ans, beaucoup de choses peuvent changer, mais comment pouvons-nous dire à mon beau-père que les projets de vacances qu’il a toujours voulus pour emmener la famille en famille semblent terribles avec les enfants? Je pense que ces deux vacances seraient incroyables sans enfants. Des vacances à Hawaï réservées aux adultes? Enregistre-moi! Mais je ne veux pas payer pour que mon enfant passe des vacances chères à Hawaï ou dans une grande ville dont elle ne se souviendra pas. De plus, nous pourrions bientôt avoir plus d’enfants, alors essayer de jongler avec un bébé et un enfant en bas âge me semble être une non-vacances. Mon mari est prêt à essayer de parler à son père, mais que dit-on?

UNE: Surtout ce que vous m’avez dit: que vous avez aimé pouvoir voyager ensemble, que vous comprenez l’importance de ces vacances et que vous ne pourrez peut-être pas rejoindre votre famille à Hawaï en raison des frais de voyage et de garde d’enfants. pour plusieurs tout-petits. Cela ne veut pas dire que vous n’aimez pas la famille de votre mari ou que vous ne valorisez pas le temps que vous passez ensemble. Cela signifie simplement que vous ne pourrez peut-être pas vous permettre les prochaines grandes vacances. Ce n’est pas comme si vous diffusiez des nouvelles d’un diagnostic terminal; vous déclarez simplement l’évidence. Votre mari n’a pas à dire: «C’est égoïste et insensé de votre part d’avoir même envisagé l’idée de voyager à Hawaï, et nous ne le défendrons pas.» Il peut juste dire que vous ne pourrez peut-être pas y aller! Ensuite, si le moment est venu (et si un tel voyage est même possible) et que vous ne pouvez pas vous le permettre, n’y allez pas. Dites-leur que vous espérez qu’ils passeront un bon moment et que vous ne pouvez pas attendre de les voir à leur retour.

Q. Re: J’ai accidentellement entendu parler de la chambre de mon patron: N’allez pas aux RH! Le gars est gêné et ne gère pas bien son embarras. Si les RH entament une enquête, cela deviendra un très gros problème. Dites simplement au gars que vous préférez faire comme si cela n’était jamais arrivé et vaquer à vos occupations.

UNE: J’ai reçu quelques lettres dans le même sens, donc je pense que cela vaut la peine de les diffuser ici, même si je ne suis pas tout à fait convaincu. Pour commencer, c’est déjà un «gros problème» si votre patron vous contacte sur plusieurs plates-formes et pendant les heures de travail pour continuer à en parler. Et il est de sa responsabilité en tant que chef de l’écrivain de s’assurer qu’il reste raisonnablement professionnel avec ses employés, même s’il est embarrassé. Mais si l’auteur de la lettre a d’ordinaire une bonne relation et pense qu’il y a des raisons d’espérer qu’il le renversera s’il dit: «Je sais que c’était une erreur, mais je préfère que nous passions à autre chose et arrêtions d’en parler plutôt que d’entendre une autre excuse ou une autre référence à la blague », cela pourrait être la meilleure prochaine étape.

Q. Re: J’ai accidentellement entendu parler de la chambre de mon patron: Le patron de l’écrivain a une vie sexuelle: choquant! Tant mieux pour lui et surmonte-toi! Dire à l’écrivain d’aller aux RH semble ici une réaction excessive. Depuis que le patron a ouvert un chat d’excuses aux gens, cela semble être une excellente occasion de lui dire directement que merci, l’auteur de la lettre ne veut plus en parler et passer à autre chose. De toute évidence, ce qui s’est passé au départ n’était pas intentionnel et un accident dont le patron a été mortifié et tente de faire face. En ces temps de pandémie, de bons emplois peuvent être difficiles à trouver, et aller aux RH ou à son patron pourrait mettre son travail en danger. Je dirais absolument d’aller aux RH s’il se montrait inapproprié à plusieurs reprises, mais il ne semble pas qu’il n’essaie pas de le faire et il est clairement embarrassé. Si quelqu’un a un problème avec quelque chose qu’il a fait ou dit, une conversation directe avec lui à ce sujet est la bonne chose à faire, et s’il ne modifie pas son comportement ou ne riposte pas, ALORS allez voir son patron ou son superviseur. Mais s’il vous plaît, ayez la grâce qu’il est une personne comme tout le monde qui s’adapte aux appels vidéo constants et à la nouvelle normalité.

UNE: Le problème n’est évidemment pas que le patron a une vie sexuelle, mais qu’il a mis ses employés mal à l’aise en évoquant la question à plusieurs reprises, parfois en s’excusant et parfois en plaisantant. Cela met ses employés dans une position inconfortable. Mais je reçois suffisamment de lettres disant de ne pas parler des RH jusqu’à ce que l’auteur de la lettre ait essayé de lui dire simplement qu’il voulait passer à autre chose que je suis prêt à réviser ma réponse et à dire que la demande directe est la première option de l’auteur de la lettre. . Il est vrai que s’adapter aux appels vidéo et travailler à domicile est un changement assez radical et qu’il est plus difficile de faire la distinction entre le temps public et privé lorsque vous êtes muet lors d’une conférence téléphonique dans votre salon par rapport à une salle de conférence de votre bureau. . Mais je pense que c’était la responsabilité du patron, après avoir réalisé qu’il avait commis une erreur, de mieux répondre que lui: il aurait dû faire au plus une seule excuse sincère, puis s’engager à ne plus recommencer et à rendre service à ses employés. de ne pas essayer d’exorciser son embarras en leur rappelant ce qui s’est passé.

Q. Re: J’ai accidentellement entendu parler de la chambre de mon patron: N’allez PAS aux RH. Cela pourrait déclencher une spirale de choses qui peuvent et doivent être évitées. Le gars est coincé dans une spirale d’embarras. Dites-lui: «Je comprends que vous êtes gêné. Ne parlons plus jamais de cela et essayons de l’oublier. » Je pense qu’il le fera. Cela n’a aucun sens d’en faire une chose. Ayez de la compassion pour le pauvre type – c’est probablement la chose la plus embarrassante qui lui soit jamais arrivée.

UNE: Je pense que je suis convaincu que dire quelque chose directement est la meilleure première option maintenant. Bien que je pense toujours qu’il aurait dû arrêter sa spirale d’embarras plus tôt, je pense qu’il est susceptible de bien répondre à « S’il vous plaît, arrêtez d’en parler. » Le rédacteur de la lettre peut toujours s’adresser aux RH plus tard s’il continue à insister sur la question, même si je ne pense toujours pas qu’il aurait dû mettre ses employés dans la position d’avoir à faire cet appel à sa place. Et même si j’ai de la compassion pour lui en tant qu’individu, je ne veux pas non plus encourager les employés à se sentir responsables de l’embarras de leur patron, car ils dépendent de lui pour leur emploi continu, et c’est juste trop de pression pour quelqu’un avec moins de professionnel. le pouvoir d’assumer la responsabilité des émotions et du confort de son patron en plus de tout le reste. Tout cela pour dire au rédacteur de la lettre: parlez-lui d’abord, donnez-lui la chance de faire ce qu’il faut, mais ne vous sentez pas obligé de vous assurer qu’il évite les ennuis s’il continue à en parler. après lui avoir demandé d’arrêter.

Danny M. Lavery: Merci pour l’aide, tout le monde – je l’apprécie vraiment.

Si vous avez manqué la première partie du chat de cette semaine, cliquez ici pour la lire.

Discutez de cette chronique sur notre page Facebook!

De Comment faire

Q. Ma femme, féministe, me teste-t-elle lorsqu’elle demande à être dominée au lit? J’ai du mal à concilier le féminisme de ma femme avec son désir d’être dominé et soumis. Ma femme est une femme très séduisante qui ne souffre ni de chauvinisme ni d’objectivation. Sa force de caractère et son courage face à une structure de pouvoir inégale sont l’une des caractéristiques que j’aime chez elle. Comme elle a pu progresser professionnellement, elle est devenue encore plus confiante, ce qui ne fait qu’augmenter mon désir pour elle.

Je me suis retrouvé confus, cependant, car même si elle ne tolérera pas d’être objectivée par qui que ce soit en public et qu’elle soit très catégorique à propos de son agence, en privé, elle veut que je sois assez agressive et semble disposée à être très soumise. Je me retrouve à agir avec beaucoup de scepticisme pendant les rapports sexuels, comme si elle me testait et que si je devenais réellement plus physique, j’aurais échoué à ce test et ruinerais notre relation, qui dure depuis 18 ans jusqu’à présent. Cela se traduit par des relations sexuelles qui vont bien, mais je pense que cela pourrait être tellement mieux pour nous deux si je suis convaincu que je lui donne le genre d’expérience sexuelle qu’elle souhaite réellement et pas seulement tolère.

Bien que je sache que les désirs de soumission sont un comportement sexuel normal et courant, je me demande s’il est courant pour un féminisme aussi catégorique de coïncider ou de fonctionner en parallèle avec un désir de soumission clair et fort? Est-ce peut-être une catégorie spécifique que je dois examiner? Lisez ce que Rich Juzwiak avait à dire.

Le nouveau livre de Danny M. Lavery, Quelque chose qui peut vous choquer et vous discréditer, est maintenant disponible.

ifeddal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *