E

à l’automne, les hindous célèbrent Navratri: un festival de neuf nuits en l’honneur de Durga, la déesse de la guerre. C’est une période à la fois de fête et de jeûne religieux – comme de nombreux festivals indiens, la nourriture joue un rôle central tout au long.

Et l’un des ingrédients les plus associés à Navratri – qui débute cette année le 17 octobre – est sabudana, ou perles de tapioca.

La pandémie mondiale m’a beaucoup fait réfléchir au temps que j’ai passé à grandir en Inde: une époque où nous dépendions très peu des gadgets, et où nous mangions tout ce qui était fourni par nos familles. Sabudana était quelque chose que nous mangions très rarement: à mon souvenir, ma mère n’utilisait jamais de tapioca dans les recettes qu’elle cuisinait.

Cependant, je me souviens que ses amis apportaient des récipients remplis de sabudana papad – des collations minces en forme de disque qui impliquent de faire bouillir du sabudana jusqu’à ce qu’il ait la consistance de la bouillie, de le parfumer avec divers assaisonnements et de l’aplatir en petits cercles, qui sont du soleil- séché jusqu’à croustillant.

Ces belles perles sont un ingrédient qui est entré dans ma vie de manière plus significative lorsque ma sœur s’est mariée. Après son mariage, elle préparait diverses recettes à base de tapioca chaque fois que je venais lui rendre visite, y compris sabudana vada ou tikki.

C’est une recette incroyablement facile à faire: il suffit de faire tremper les perles de tapioca pendant quatre heures avant de vider l’eau et de les combiner avec des pommes de terre bouillies, des arachides moulues, du gingembre, de la coriandre fraîchement hachée, des feuilles de curry, des piments verts, du jus de citron, du sel, du sel noir et des épices , avant de bien mélanger. Elle façonne ensuite ce mélange en galettes (tikki) et en frites peu profondes à cuire.

C’est une recette que mes filles adorent – et une des trois qui me rappelle toujours ma sœur. Quand elle a déménagé à Pune, elle faisait régulièrement du sabudana khichdi, que je n’aime que lorsqu’il est servi très chaud.

C’est un plat qui est un plat réconfortant indien populaire et qui est souvent le plat de choix lorsque les hindous jeûnent lors d’une fête religieuse: une combinaison moelleuse de perles de tapioca trempées puis égouttées, frites avec de la poudre de piment rouge, du sel, des piments verts, des pommes de terre en dés, le cumin et souvent d’autres ingrédients tels que les arachides.

Les Sabudana peuvent être trempés dans de l’eau ou du lait avant la cuisson, selon la recette pour laquelle ils sont utilisés. En plus des recettes salées, le tapioca est utilisé dans de nombreux plats sucrés à travers l’Inde – y compris comme base d’un kheer délicieusement crémeux (similaire à un riz au lait, mais utilisant le sabudana comme base). Alors que ma sœur ajoutait des noix sèches et des raisins secs à sa version, j’adore cette alternative, sa saveur provenant de pistaches écrasées et de graines de cardamome parfumées.

Vous trouverez du sabudana (parfois qualifié de perles de tapioca ou de sagou) dans les supermarchés asiatiques, ainsi que potentiellement dans l’allée alimentaire mondiale des grands supermarchés.

150g de perles de sabudana / tapioca, trempées dans l’eau froide pendant trois heures, puis égouttées

1 litre de lait de Jersey entier

100g de sucre en poudre brun clair

6 gousses de cardamome verte, écrasées

Faites chauffer le lait dans une grande casserole à feu moyen, ajoutez les gousses de cardamome écrasées et portez à ébullition. Réduire le feu à doux, ajouter le sabudana et le sucre et bien mélanger.

Cuire à feu doux pendant 40 minutes, en remuant régulièrement pour s’assurer qu’il ne colle pas au fond de la casserole. Le lait réduira progressivement et le plat deviendra vraiment crémeux.

Ajouter les pistaches écrasées et bien mélanger. Servir chaud ou froid.

Romy Gill est chef et écrivain culinaire. Son premier livre «Zaika» est maintenant disponible à l’achat. Suivez-la @Romygill

ifeddal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *