Diana Rigg a tiré sa révérence : Adieu Mrs Peel

L’actrice britannique Diana Rigg, icône des années 60 notamment connue pour son rôle d’Emma Peel dans Chapeau melon et bottes de cuir, est décédée jeudi 10 novembre 2020, à l’âge de 82 ans.

Une formidable actrice de théâtre
Née au Royaume-Uni en 1938, la petite Enid Diana Elizabeth Rigg passe son enfance en Inde, où son père, Louis Rigg, a obtenu un poste d’ingénieur ferroviaire. Là-bas, elle apprend l’hindi qu’elle parle couramment. Puis, en 1945, elle rentre au pays avec son frère aîné Hugh : les enfants sont placés en pension. Sortant de l’école, elle intègre alors prestigieuse Royal Academy of Dramatic Art, à 17 ans. Elle rejoint ensuite la Royal Shakespeare Company où elle triomphe notamment avec le rôle Cordelia dans Le Roi Lear.

Chapeau melon et bottes de cuir
Voulant découvrir d’autres horizon que le théâtre, elle est alors choisie pour devenir Emma Peel dans Chapeau melon et bottes de cuir (The Avengers).
Commençant bien souvent par ce fameux coup de coup de téléphone avertissant les héros qu’une nouvelle mission les attend, cette célèbre série met en scène l’agent secret John Steed (Patrick Macnee), et ses partenaires successives. Avec Mrs Peel, Diana Rigg, présente durant deux saisons (1965 et 1966), a le temps de marquer durablement les esprits : c’est l’inoubliable espionne aussi drôle que sexy et bagarreuse, au volant de sa Lotus bleue. L’actrice a su imposer son style : sa silhouette sublimée par des mini-jupes ou combinaisons en cuir resteront gravées dans les mémoires autant que son petit sourire énigmatique so british.
Et il n’y a pas que dans l’esprit des fans qu’elle a su s’imposer : apprenant qu’elle gagne moins qu’un technicien, elle se bat et obtient gain de cause. Elle explique que c’était important pour elle « parce qu’être au même niveau économique qu’un homme est l’unique moyen de gagner son respect ». Et si certains ont voulu voir dans ce combat contre les inégalités salariales un ralliement à la cause féministe, Diana Rigg les a rapidement détrompés. Elle avait d’ailleurs
déclaré qu’elle « trouve tout le discours féministe très ennuyeux ».
Révélée au grand public grâce à cette série, l’icône des années 60 confie pourtant par la suite que son côté sex-symbol lui pèse : « J’étais bien plus que cette simple image » et qu’elle vit difficilement sa célébrité. Après 51 épisodes, Diana Rigg quitte la série et cédant la place à Linda Thorson jouant Tara King, la nouvelle coéquipière de Mr. Steed.

Une célèbre James Bond Girl
Et comme Honor Blackman avant elle, une autre actrice de la série, Diana Rigg devient ensuite James Bond Girl et pas n’importe laquelle : les producteurs de la saga lui offrent alors le titre de Mrs Bond. Effectivement, dans Au service secret de Sa Majesté (1969), la comtesse Teresa di Vincenzo, dite Tracy, convole en justes noces avec le plus célèbre des espions de Sa très Gracieuse Majesté, interprété alors par le mannequin australien George Lazenby. Mais, 007 ne pouvant sans doute pas demeurer le mari d’une seule femme, son épouse connaît alors une fin tragique. Certains aficionados n’hésitent pas à dire que le film est le meilleur de la série et le charme de Diana Rigg ne doit pas y être étranger.

Game of Thrones
Si ses deux rôles sont devenus culte, les plus jeunes connaissent surtout Diana Rigg pour son rôle dans la saga de George R. R. Martin : Le Trône de fer. Elle y incarne la cruelle matriarche Lady Olenna Tyrell, dite « La reine des épines », durant cinq saisons. Diana Rigg appréciait ce genre de rôles, elle aimait « jouer les méchantes. C’est tellement plus intéressant que les gentils personnages. Il y a des acteurs qui n’aiment pas être méchants ; ils veulent être aimés. J’aime être détestée ».

Hommages
Son agent a annoncé son décès dans un communiqué relayé par la BBC : « Elle est morte paisiblement ce matin. Elle était chez elle avec sa famille, qui a souhaité garder l’intimité en cet instant difficile ». Et sa fille l’actrice Rachael Stirling, née en 1977 de son union avec Archibald Hugh Stirling, confirme à l’AFP : « Ma mère adorée est morte paisiblement dans son sommeil, tôt ce matin ». « Elle est décédée d’un cancer diagnostiqué en mars, et a passé ses derniers mois à réfléchir joyeusement à sa vie extraordinaire, pleine d’amour, de rires et d’une profonde fierté pour sa profession », a-t-elle ajouté.

À l’annonce de son décès, son partenaire de jeu dans James Bond, George Lazenby a fait part de sa tristesse : « Je suis tellement triste d’apprendre la mort de Diana Rigg. Diana a sans aucun doute élevé mon jeu d’acteur lorsque nous avons tourné ensemble Au service secret de Sa Majesté en 1968. Je me souviens de la conférence de presse au Dorchester à Londres, sachant qu’elle allait jouer ma femme. Nous nous sommes amusés ensemble sur le tournage du film en Suisse et au Portugal. Sa grande expérience m’a vraiment aidé. Nous étions de bons amis sur le plateau. On a beaucoup parlé de nos supposées différences. C’était la presse, avide de sensations, qui nous opposait. J’étais malheureux de perdre Diana alias Teresa à la fin tragique du film. La mort de la comtesse di Vincenzo Draco est une séquence culte du cinéma. Je pleurais en perdant Tracy, il y a cinquante ans. Je pleure encore aujourd’hui Diana. J’adresse mes plus sincères condoléances à sa famille. Je vous aime, George. ».

Anoblie par la reine Elizabeth II en 1994, Dame Diana Rigg laisse ainsi derrière elle soixante ans de carrière. Interrogée en 2016 par la BBC, elle avait d’ailleurs révélé l’un des secrets de son jeu d’actrice : « Mesurer la distance entre vous et le rôle, et remplissez cette distance, remplissez-la par la vérité ».

Visuel : Diana Rigg en 1973. – © Domaine public

ifeddal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *