Les propriétaires de cafés et de restaurants parisiens ont applaudi lundi alors que le gouvernement leur avait permis de rouvrir leurs salles à manger après trois mois de perte de revenus lors du verrouillage du coronavirus.

La réouverture plus tôt que prévu de la région parisienne a été annoncée dimanche par le président Emmanuel Macron alors que la nouvelle est venue du plus bas bilan quotidien de COVID-19 en France depuis mars – neuf décès en 24 heures.

Alors que les restaurants dans la majeure partie de la France ont été autorisés à ouvrir plus tôt ce mois-ci, ceux dans et autour de la capitale, où la circulation du coronavirus est restée élevée, ne pouvaient servir les clients que sur les terrasses extérieures jusqu’à présent.

« La question est maintenant de savoir si les clients reviendront », a déclaré à l’AFP Albert Aidan, le directeur de L’Ami Georges, à quelques rues de l’Opéra Garnier.

«La plupart des entreprises font toujours travailler leurs employés à domicile», a-t-il déclaré. Plusieurs restaurants à proximité sont restés fermés.

Beaucoup partageaient l’optimisme de Macron selon lequel la France avait marqué une « première victoire » contre le coronavirus grâce à des ordonnances strictes de rester à la maison imposées en mars.

« Ça va être une fête », a déclaré à l’AFP Stéphane Manigold, propriétaire de quatre restaurants parisiens, dont la Maison Rostang à deux étoiles.

Manigold a poursuivi avec succès son assureur, le géant français Axa, pour qu’il verse quelque 70 000 euros (79 000 $) en compensation de la perte d’activité.

Didier Chenet, responsable de l’association GNI des propriétaires d’hôtels et de restaurants indépendants, estime que les règles de distanciation sociale qui obligeaient les restaurants à retirer les tables pour assurer une distance d’un mètre (3,3 pieds) entre les convives, ont réduit la capacité de moitié au moins.

À moins que le gouvernement ne lève la règle du mètre, a-t-il dit, « la reprise sera très lente, avec des conditions économiques qui ne sont pas viables pour nos entreprises », a-t-il dit.

– ‘Impossible d’ouvrir dans un jour’ –

Les touristes étrangers, ingrédient clé du succès dans les restaurants parisiens en particulier, ne devraient pas arriver de si tôt en chiffres pré-COVID, même si l’UE commence à ouvrir provisoirement ses frontières intérieures.

Le premier train de Paris vers l’Allemagne depuis la mi-mars a quitté la gare du Nord tôt lundi, en direction de Dortmund.

« Nous emmenons les enfants voir leur grand-mère et passer des vacances ensemble en famille. Ça fait du bien après si longtemps! » dit un passager, Alexis.

Cependant, toutes les frontières ne sont pas ouvertes. L’Espagne durement touchée, par exemple, n’autorisera les voyages gratuits avec le reste de l’UE qu’à partir du 21 juin.

De nombreux restaurants parisiens ont déclaré qu’ils auraient besoin de temps pour se réapprovisionner et récupérer leurs employés, et certains se sont plaints du court préavis qui venait de Macron seulement dimanche soir.

« Au mieux, nous ouvrirons deux restaurants mercredi, et les autres la semaine prochaine », a déclaré Manigold.

« Un jour, peut-être que les politiciens comprendront que vous ne pouvez pas simplement ouvrir un restaurant en une journée. Ils auraient pu éviter la brutalité », a-t-il ajouté.

Francisco Ferrandez de La Bocca, dans le centre de Paris, a déclaré qu’il avait commencé à appeler ses employés après le discours de Macron.

« C’est comme avec la fermeture, tout à la dernière minute. Quand ils ont annoncé la fermeture, nous avons dû jeter des produits frais, et pour la réouverture ils nous le disent du jour au lendemain. »

L’épidémie de COVID-19 a coûté la vie à plus de 29 000 personnes en France, l’un des bilan les plus élevés au monde.

Le ministre de la Santé Olivier Veran a proclamé lundi que « l’essentiel de l’épidémie est derrière nous », mais a averti que le virus n’était « pas complètement vaincu ».

Cela signifiait que les choses ne reviendraient pas tout à fait à la normale pendant un certain temps.

Alain Fontaine, propriétaire du Mesturet, et son personnel ont travaillé entre des tables espacées au milieu des flèches sur le sol pour montrer aux clients où marcher avant de rouvrir sa salle à manger mardi.

Les clients seront invités à utiliser un gel désinfectant pour les mains à l’entrée et à garder leurs masques jusqu’à ce qu’ils soient assis, a-t-il déclaré.

« Il va falloir essayer de calmer la nervosité … », a déclaré Fontaine à l’AFP.

Et à Lyon dans l’est, la brasserie Georges – l’une des plus grandes d’Europe – a accueilli lundi une cinquantaine de clients pour le déjeuner avec un personnel réduit et seulement la moitié de ses tables disponibles.

En attendant sa commande après avoir pris sa température et désinfecté ses mains, Geneviève Beaujolin, 71 ans, a déclaré qu’elle ne pouvait pas imaginer rentrer chez elle en Italie « sans manger une choucroute à la Brasserie George’s! »

Jusqu’à présent, les restaurants dans et autour de la capitale ne pouvaient servir les clients que sur les terrasses extérieures

Macron a déclaré que le gouvernement avait mobilisé 500 milliards d’euros pour atténuer le coup du coronavirus sur l’économie

La France n’a signalé que neuf décès dus au COVID-19 au cours des 24 heures précédentes – le chiffre le plus bas depuis mars

ifeddal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *