Niché au coeur de La charmante Provence rurale se trouve Aix-en-Provence, une ville bourgeoise riche avec la pierre jaune et les volets bleus d’un roman d’amour.

En plein centre de la vieille ville se trouve un rappel du passe-temps préféré du gentleman avec un peu plus de temps et d’argent à dépenser: un bordel. La légende de la ville raconte que les prostituées d’Aix se sont installées rue Espariat.

En 1745, Georges Vallon Jean-Baptiste d’Albertas achète une maison privée rue Espariat, dans l’espoir de mettre en valeur sa richesse à travers une architecture et un style dramatiques. Ce qu’il ne réalisa pas, c’est qu’il avait déménagé à côté de l’ancien bordel, dont les balcons du deuxième étage présentaient des pénis en métal pour annoncer la maison aux clients potentiels.

Fidèle à l’architecture parisienne contemporaine, Albertas a acheté l’immeuble à côté du sien, ainsi que toute la rue face à sa maison. Afin de montrer au mieux son nouveau manoir, Albertas a détruit le bloc de bâtiments de l’autre côté de la route, créant un «endroit» avec une fontaine qui présentait sa propre maison à l’architecture élégante.

Le pauvre Albertas a décidé de construire les nouveaux bâtiments autour de l’endroit dans le style préexistant de la rue – style bordel.

Et c’est ainsi que la place d’Albertas, l’un des plus beaux espaces d’Aix, présente des pénis métallurgiques sur toute la façade. De plus, dans certaines zones, les symboles phalliques changent de direction, ce qui les rend d’autant plus évidents.

Aujourd’hui, les immeubles entourant la place d’Albertas sont loués en appartements individuels. Si vous avez toujours voulu un balcon pénis, cet endroit est fait pour vous.

ifeddal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *