ville et commune du sud de la France

Sous-préfecture et commune de Provence-Alpes-Côte d’Azur, France

Aix-en-Provence

Drapeau d'Aix-en-Provence

Drapeau

Armoiries d'Aix-en-Provence

Blason

Localisation d’Aix-en-Provence

Aix-en-Provence est situé aux France

Aix-en-Provence

Aix-en-Provence se trouve en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Aix-en-Provence

Coordonnées: 43 ° 31′35 ″ N 5 ° 26′44 ″ E/43,526304 ° N 5,445429 ° E/ 43.526304; 5,445429Coordonnées: 43 ° 31′35 ″ N 5 ° 26′44 ″ E/43,526304 ° N 5,445429 ° E/ 43.526304; 5,445429
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Aix-en-Provence
Canton Aix-en-Provence 1
Aix-en-Provence 2
Intercommunalité Aix-Marseille-Provence
Gouvernement
• Maire (2014-2020) Maryse Joissains-Masini
Zone

1

186.08 kilomètres2 (71,85 milles carrés)
Population 142 482
• Densité 770 / km2 (2000 / mille carré)
Fuseau horaire UTC + 01: 00 (CET)
• Été (DST) UTC + 02: 00 (CEST)
INSEE / Code postal
1 Données du cadastre français, qui exclut les lacs, étangs, glaciers> 1 km2 (0,386 milles carrés ou 247 acres) et les estuaires fluviaux.

Aix-en-Provence (,[2] ,[3][4] Français: [ɛks ɑ̃ pʁɔvɑ̃s] (À propos de ce sonEcoutez); Provençal: Ais de Provença en norme classique, ou Ais de Prouvènço en norme mistralienne,[a] prononcé [ˈajz de pʀuˈvɛnsɔ]; Latin: Aquae Sextiae), ou simplement Aix (prononcé [ɛks]; occitan médiéval Aics), est une ville et une commune du sud de la France, à environ 30 km au nord de Marseille. Ancienne capitale de la Provence, elle se trouve dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, dans le département des Bouches-du-Rhône, dont elle est une sous-préfecture. La population d’Aix-en-Provence est d’environ 143 000 habitants. Ses habitants sont appelés Aixois ou, moins fréquemment, Aquisextains.

L’histoire[[Éditer]

Rue Espariat en novembre 2013.

Aix (Aquae Sextiae) a été fondée en 123 avant JC par le consul romain Sextius Calvinus, qui a donné son nom à ses sources, à la suite de la destruction de l’oppidum gaulois voisin à Entremont.[6] En 102 avant JC, son voisinage a été le théâtre de la bataille d’Aquae Sextiae, où les Romains sous Gaius Marius ont vaincu les Ambrones et les Teutones, avec des suicides de masse parmi les femmes capturées, qui sont passés dans les légendes romaines de l’héroïsme germanique.[7]

Au 4ème siècle après JC, elle devint la métropole de Narbonensis Secunda. Elle fut occupée par les Wisigoths en 477. Au siècle suivant, la ville fut pillée à plusieurs reprises par les Francs et les Lombards, et fut occupée par les Sarrasins en 731 et par Charles Martel en 737. Aix, qui au Moyen Âge était la capitale de Provence, n’atteignit son apogée qu’après le XIIe siècle, lorsque, sous les maisons de Barcelone / Aragon et Anjou, il devint un centre artistique et un lieu d’apprentissage.

Aix passa à la couronne de France avec le reste de la Provence en 1487, et en 1501 Louis XII y établit le parlement de Provence, qui exista jusqu’en 1789. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la ville était le siège de l’intendance provençale. Les fouilles archéologiques en cours dans la Ville des Tours, banlieue médiévale d’Aix, ont mis au jour les vestiges d’un amphithéâtre romain.[8] Un dépôt d’ossements fossiles du Miocène continental supérieur a donné naissance à une légende chrétienne du dragon.[9]

Géographie et climat[[Éditer]

Aix-en-Provence est située dans le sud de la France, dans une plaine surplombant la rivière Arc, à environ un mile de la rive droite de la rivière. La ville s’incline doucement du nord au sud et la montagne Sainte-Victoire est facilement visible à l’est. La position d’Aix dans le sud de la France lui confère un climat chaud, bien que plus extrême que Marseille en raison de sa situation à l’intérieur des terres. Il a une température moyenne en janvier de 6 ° C (43 ° F) et une moyenne de juillet de 24 ° C (75 ° F). Il a en moyenne 300 jours de soleil et seulement 91 jours de pluie.[10] Bien qu’elle soit partiellement protégée du Mistral, Aix subit encore occasionnellement les conditions plus fraîches et rafales qu’elle apporte.

Contrairement à la plupart de la France qui a un climat océanique, Aix-en-Provence a un climat méditerranéen.

Données climatiques pour Aix-en-Provence (1981–2010, extrêmes de 1955 à aujourd’hui)
Mois Jan fév Mar avr Mai Juin juil Août SEP oct nov déc An
Record élevé ° C (° F) 20,9
(69,6)
22,8
(73,0)
25,6
(78,1)
28,2
(82,8)
34,2
(93,6)
42,0
(107,6)
40,2
(104,4)
39,3
(102,7)
34,6
(94,3)
29,9
(85,8)
23,6
(74,5)
22,7
(72,9)
42,0
(107,6)
Moyenne élevée ° C (° F) 11,4
(52,5)
12,4
(54,3)
15,6
(60,1)
18,3
(64,9)
22,8
(73,0)
27,1
(80,8)
30,6
(87,1)
30,1
(86,2)
25,5
(77,9)
20,8
(69,4)
15,0
(59,0)
11,9
(53,4)
20,2
(68,4)
Moyenne quotidienne ° C (° F) 6.2
(43,2)
6,9
(44,4)
9.7
(49,5)
12,4
(54,3)
16,7
(62,1)
20,5
(68,9)
23,6
(74,5)
23,2
(73,8)
19,3
(66,7)
15,4
(59,7)
9,9
(49,8)
6,9
(44,4)
14,3
(57,7)
Moyenne basse ° C (° F) 0,9
(33,6)
1,3
(34,3)
3,7
(38,7)
6,5
(43,7)
10,5
(50,9)
14,0
(57,2)
16,6
(61,9)
16,2
(61,2)
13,0
(55,4)
10,0
(50,0)
4,8
(40,6)
1,9
(35,4)
8.3
(46,9)
Enregistrez à faible ° C (° F) −16,6
(2,1)
−20,2
(−4,4)
−12,5
(9,5)
−4
(25)
−1,1
(30,0)
3.2
(37,8)
6,0
(42,8)
4.0
(39,2)
1,7
(35,1)
−4,7
(23,5)
−9
(16)
−14,9
(5,2)
−20,2
(−4,4)
Précipitations moyennes mm (pouces) 51,7
(2,04)
36,1
(1,42)
34,8
(1,37)
56,3
(2,22)
51,2
(2,02)
30,7
(1,21)
13,3
(0,52)
36,0
(1,42)
85,7
(3,37)
74,6
(2,94)
61,4
(2,42)
54,0
(2,13)
585,8
(23.06)
Jours de précipitations moyens (≥ 1,0 mm) 5,7 4.6 4.3 6,6 5,4 3,6 1,9 3.1 4,9 6,5 6,7 5,9 59,3
Heures d’ensoleillement mensuelles moyennes 150,7 178,7 238,8 242,0 289,4 327,3 370,2 328,6 256,2 185,1 154,1 140,1 2 861
Source: Météo France[11]

Le cours Mirabeau est une large artère, plantée de doubles rangées de platanes, bordée de belles maisons et décorée de fontaines. Il suit la ligne de l’ancienne muraille de la ville et divise la ville en deux sections. La nouvelle ville s’étend au sud et à l’ouest; la vieille ville, avec ses rues étroites et irrégulières et ses anciennes demeures datant des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, se trouve au nord. Situé sur cette avenue bordée d’un côté de berges et de l’autre de cafés, se trouvent les Deux Garçons, la brasserie la plus célèbre d’Aix. Construit en 1792, il était fréquenté par Paul Cézanne, Émile Zola et Ernest Hemingway.[12] Le 01/12/2019, Les Deux Garçons ont été dévastés par un incendie qui a englouti tout le bâtiment, laissant l’établissement tant aimé qu’une coquille.[13]

La cathédrale du Saint-Sauveur (cathédrale d’Aix) est située au nord dans la partie médiévale d’Aix. Construit sur le site d’un ancien forum romain et d’une basilique adjacente, il contient un mélange de tous les styles du 5ème au 17ème siècle, y compris un portail richement décoré dans le style gothique avec des portes minutieusement sculptées en noyer. L’intérieur contient des tapisseries du XVIe siècle, un triptyque du XVe siècle, représentant le roi René et sa femme sur les panneaux latéraux, ainsi qu’un baptistère mérovingien, son dôme Renaissance soutenu par des colonnes romaines d’origine. Le palais de l’archevêque (Palais de l’Archêveché) et un cloître roman jouxtent la cathédrale sur son côté sud.[14] L’archevêché d’Aix est désormais partagé avec Arles.

Place de l’Hôtel de Ville

Parmi ses autres institutions publiques, Aix possède également la deuxième cour d’appel (Palais de Justice) en dehors de Paris, située à proximité du site de l’ancien Palais des Comtes (Palais des Comtes) de Provence.

La Mairie d’Aix-en-Provence (Hôtel de Ville), un bâtiment de style classique du milieu du XVIIe siècle, donne sur une place pittoresque (Place de l’Hôtel de Ville). Il contient de belles boiseries et tapisseries. À ses côtés s’élève une belle tour de l’horloge érigée en 1510.[15] Également sur la place de l’Hôtel de Ville se trouve l’ancienne bourse aux céréales (1759–1761) (Halle de Grains). Ce bâtiment du XVIIIe siècle richement décoré a été conçu par les frères Vallon. A proximité se trouvent les remarquables sources thermales, contenant de la chaux et de l’acide carbonique, qui ont d’abord attiré les Romains à Aix et lui ont donné le nom Aquae Sextiae. Un spa a été construit en 1705 à proximité des vestiges des anciens thermes romains de Sextius.[16]

Au sud du cours Mirabeau se trouve le quartier Mazarin. Ce quartier résidentiel a été construit pour la noblesse d’Aix par l’archevêque Michele Mazzarino, frère du cardinal Jules Mazarin dans la dernière moitié du 17e siècle et contient plusieurs notables hôtels particuliers. L’église Saint-Jean-de-Malte du XIIIe siècle contient de précieuses photos et un orgue récemment restauré. A côté se trouve le musée Granet, consacré à la peinture et à la sculpture européennes.

Aix est souvent appelée la ville aux mille fontaines.[17] Parmi les plus remarquables, on trouve la Fontaine des Quatre Dauphins du XVIIe siècle (Fontaine des Quatre Dauphins) dans le Quartier Mazarin, conçue par Jean-Claude Rambot,[18] et trois des fontaines en bas du cours central Mirabeau: au sommet, une fontaine du XIXe siècle représente le «bon roi» René tenant le raisin Muscat qu’il a introduit en Provence au XVe siècle; à mi-chemin, une fontaine d’eau chaude naturelle (34 ° C), couverte de mousse, datant des Romains; et en bas à la Rotonde, le centre de l’Aix moderne, se dresse une fontaine monumentale de 1860 sous trois statues géantes représentant l’art, la justice et l’agriculture. Dans la partie la plus ancienne d’Aix, il y a aussi des fontaines remarquables sur la place d’Albertas et la place des Trois-Ormeaux.

Éducation[[Éditer]

L’Institut d’études politiques (Sciences Po)

Aix a longtemps été une ville universitaire: Louis II d’Anjou a accordé une charte royale pour une université en 1409. Aujourd’hui, Aix-en-Provence reste un pôle pédagogique important, avec de nombreux instituts d’enseignement et de recherche:

  • Arts et Métiers ParisTech, école d’ingénieurs qui a installé un campus dans la ville en 1843. Ce centre d’enseignement et de recherche (CER) permet aux étudiants de suivre des cours axés sur le génie industriel et mécanique.
  • Aix-Marseille Université, composée de la faculté et d’anciens campus de:
  • Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence (IEP), un institut d’études politiques
  • Institut de l’Aménagement Régional, institut de l’Université Paul Cézanne pour l’aménagement du territoire.
  • IAU College, un institut d’études à l’étranger à but non lucratif pour les étudiants américains avec des programmes en art, histoire de l’art, commerce, communication, langue et culture françaises, relations internationales, psychologie et bien d’autres. Propose des stages et des séjours chez l’habitant.

Aix compte également plusieurs collèges de formation, lycées et une école d’art et de design. Il est également devenu un centre pour de nombreux programmes d’études internationaux. Plusieurs lycées proposent le CPGE.

Culture[[Éditer]

La musique[[Éditer]

Aix organise chaque année deux événements musicaux importants. Ceux-ci sont:

Festival d’Aix-en-Provence[[Éditer]

Un important festival d’opéra, le Festival international d’Art Lyrique, fondée en 1948, fait désormais partie de celles de Bayreuth, Salzburg et Glyndebourne. Le directeur actuel est Bernard Foccroulle, directeur de la Monnaie à Bruxelles. Le festival a lieu chaque année fin juin et juillet. Les principaux lieux à Aix même sont le Théâtre de l’Archévêché en plein air dans l’ancien jardin de l’archevêché, le Théâtre du Jeu de Paume du XVIIIe siècle récemment restauré et le Grand Théâtre de Provence nouvellement construit; des opéras sont également mis en scène dans le Théâtre du Grand Saint-Jean en plein air à l’extérieur d’Aix. Lié au festival est l’Académie européenne de musique, une école d’été pour les jeunes musiciens avec des classes de maître d’artistes célèbres. Au cours de la période de quatre ans allant de 2006 à 2009, la version de Sir Simon Rattle du Ring Cycle de Wagner avec l’Orchestre philharmonique de Berlin a été jouée au festival d’Aix.

Musique dans la rue[[Éditer]

Elle a lieu chaque année en juin pour coïncider avec la fête nationale de la musique. Il y a une semaine de concerts classiques, jazz et populaires dans différents lieux de rue et cours de la ville. Certains de ces événements se tiennent au Conservatoire Darius Milhaud, nommé en l’honneur du compositeur français, originaire d’Aix.

Danse[[Éditer]

La compagnie de danse Ballet Preljocaj du danseur et chorégraphe français Angelin Preljocaj est installé à Aix depuis 1996. En 2007, il a élu domicile au Pavillon Noir, un centre de spectacle de danse, conçu en 1999 par l’architecte Rudy Ricciotti. Le centre est l’un des dix-neuf du genre en France, désigné Centre chorégraphique national.

Capitale européenne de la culture[[Éditer]

Aix-en-Provence faisait partie de Marseille-Provence 2013, le festival culturel d’un an où la région était la capitale européenne de la culture. Aix a accueilli plusieurs événements culturels majeurs dont la moitié de l’exposition de gala du Grand Atelier du Midi et un épisode de la performance pyrotechnique Révélations. La ville a également dévoilé de nouvelles infrastructures culturelles majeures pour coïncider avec Marseille-Provence 2013, dont le Conservatoire Darius Milhaud conçu par Kengo Kuma.

Musées et bibliothèques[[Éditer]

« Récolte de citrouilles » de Granet au Musée Granet.

Aix compte plusieurs musées et galeries:

  • Le Musée du Vieil Aix (Musée du Vieux Aix), installé dans deux hôtels particuliers d’époque et consacré à l’histoire et au patrimoine provençal d’Aix.
  • Le Muséum d’Histoire Naturelle.
  • Le Musée de Tapisseries, installé dans le palais de l’archevêque et avec une collection de tapisseries et de meubles des XVIIe et XVIIIe siècles.
  • Le Musée Paul Arbaud (Faïence / Poterie).
  • Le Musée Granet, un musée consacré à la peinture, à la sculpture et à l’archéologie d’Aix.[19] Elle a récemment subi d’importantes restaurations et réaménagements, avant l’exposition internationale de 2006 marquant le centenaire de la mort de Cézanne.[20] En raison du manque d’espace, la grande collection archéologique, comprenant de nombreuses découvertes récentes, sera exposée dans un nouveau musée, encore en phase de planification. Le musée contient des peintures majeures de Jean-Dominique Ingres (dont le monumental «Jupiter et Thétis»), un autoportrait authentique de Rembrandt et des œuvres d’Anthony van Dyck, Paul Cézanne, Alberto Giacometti et Nicolas de Staël. En juin 2011, la première partie de la collection du Fondation Jean et Suzanne Planque ouvert au Musée Granet, contenant plus de 180 œuvres d’art. Cet héritage du peintre, marchand et collectionneur d’art suisse Jean Planque, ami personnel de Pablo Picasso, est offert à la ville pour une période initiale de 15 ans. La collection contient plus de 300 œuvres d’art, dont des peintures et des dessins de Degas, Renoir. Gauguin, Monet, Cézanne, Van Gogh, Picasso, Pierre Bonnard, Paul Klee, Fernand Léger, Giacometti et Dubuffet. La collection complète sera logée dans une annexe spécialement construite dans le Chapelle des Pénitents Blancs, situé à proximité: l’ouverture prévue est en 2013.

Le pavillon Vendôme à Aix-en-Provence.
  • Le Pavillon de Vendôme, hôtel particulier du XVIIe siècle abritant des expositions d’art permanentes et itinérantes.
  • La Fondation Vasarely, une galerie consacrée aux œuvres du peintre abstrait français d’origine hongroise Victor Vasarely.
  • Le Camp des Milles
  • L’atelier Cézanne, l’ancien atelier de Paul Cézanne, aujourd’hui musée, situé dans la banlieue nord d’Aix. Il a été conservé tel qu’il était au moment de la mort du peintre et contient plusieurs de ses objets personnels et accessoires utilisés dans ses peintures.
  • Jas de Bouffan, la maison et le terrain du père de Cézanne, maintenant partiellement ouvert au public.

Avant 1989, Aix avait plusieurs bibliothèques, par exemple au Parc Jourdan et à la Mairie. En 1989, nombre d’entre eux ont été transférés aux Méjanes, une ancienne fabrique d’allumettes.

En 1993, la Cité du Livre est ouverte autour de la bibliothèque. Il dispose d’espaces médiatiques pour la danse, le cinéma et la musique, et un centre de formation pour les bibliothécaires. Adjacent à la Cité du Livre se trouvent le Grand Théâtre de Provence et le Pavillon Noir (voir ci-dessus).

Montagne Sainte-Victoire[[Éditer]

Mont Sainte-Victoire, Paul Cézanne 1904-1906.

A l’est d’Aix s’élève la Montagne Sainte-Victoire (1011 m), l’un des monuments du Pays d’Aix. Il est accessible depuis le centre d’Aix par la route ou à pied, en empruntant le sentier boisé de l’Escrachou Pevou jusqu’au plateau de Bibemus.[21] Il éclipse dramatiquement le petit barrage construit par le père d’Émile Zola et a été un sujet et un lieu de prédilection de Paul Cézanne tout au long de sa vie. Dans le village du Tholonet sur le versant sud escarpé du Mont Sainte-Victoire, il y a un moulin à vent qu’il a utilisé et au-delà un refuge de montagne, le refuge Cézanne, où il aimait peindre.

Au nord, la montagne descend doucement à travers les bois jusqu’au village de Vauvenargues. Le château de Vauvenargues surplombant le village était autrefois occupé par les comtes de Provence (dont René d’Anjou) et les archevêques d’Aix avant de devenir la maison familiale du marquis de Vauvenargues.[22] Il fut acquis par l’artiste espagnol Pablo Picasso en 1958, qui y résida de 1959 à 1962, date à laquelle il s’installe à Mougins. Lui et sa femme Jacqueline sont enterrés dans ses terres,[23]
[24][25] qui ne sont généralement pas ouverts au public. Depuis 2009, le château, qui appartient désormais à Catherine Hutin, la fille de Jacqueline, est ouvert au public de juin à septembre.[26]

Le Mont Sainte-Victoire possède un réseau complexe de sentiers menant au prieuré et Croix de Provence au sommet, au grand réservoir artificiel de Bimont et au viaduc romain au-dessus du Tholonet.

  • Le club de rugby Provence Rugby (anciennement Aix Rugby Club et Pays d’Aix Rugby Club) est basé dans la ville. À partir de 2018, ils évoluent en Rugby Pro D2, la ligue française de second rang.
  • La ville accueille un tournoi de tennis professionnel sur l’ATP Challenger Tour. Il se tient tous les mois de mai au Country Club Aixois.
  • L’ancien numéro un mondial de squash Grégory Gaultier vit à Aix-en-Provence.
  • La ville a accueilli le camp de base de football ukrainien pendant l’Euro 2016.[27]

-La ville organise une Coupe du monde junior d’escrime pour fleuret masculin en janvier de chaque année
Las Argonautes – Équipe de football américain

Économie[[Éditer]

Les industries comprenaient autrefois la minoterie, la fabrication de confiserie, de ferronnerie, de chapeaux, d’allumettes et l’extraction d’huile d’olive.[28]

Les activités économiques actuelles comprennent:

  • Tourisme.
  • Divertissement, en particulier l’opéra et la danse.
  • L’industrie des semi-conducteurs et de l’électronique à Rousset, au sud du Mont St Victoire, spécialisée dans la technologie des micropuces pour les cartes de crédit.
  • Education et recherche. A Aix, l’Université d’Aix-Marseille est spécialisée dans les sciences humaines, le droit et l’économie.
  • L’industrie des logiciels informatiques.
  • La fabrication de santons, figurines artisanales traditionnelles, souvent associées aux crèches de Noël provençales.
  • La fabrication d’huile d’olive.
  • La fabrication de calissons, une confiserie en forme de losange à base d’amandes, d’écorces d’orange, de sucre et de melon confit.[29] Chaque année début septembre, il y a une messe en français et en provençal dans l’église médiévale St Jean de Malte pour bénir les calissons – la bénédiction des calissons. Cette cérémonie se tient depuis le 17ème siècle pour marquer la délivrance d’Aix de la peste. Il est actuellement accompagné d’un spectacle provençal coloré, impliquant la plupart des fabricants de calisson locaux et leurs marchandises. A propos des calissons, le romancier provençal Marcel Pagnol a écrit que, pour faire de vrais calissons « ‘Il vous faut un tiers d’amandes, un tiers de confits de fruits, un tiers de sucre et un quart de savoir-faire.  »[30]
  • Viticulture: l’Appellation d’Origine Contrôlée locale est l’AOC Coteaux d’Aix-en-Provence, avec de nombreux vignobles entre Aix et la Durance au nord. L’appellation réputée Palette AOC est représentée par les domaines du Château Simone à Meyreuil et du Château Crémade au Tholonet, à l’est d’Aix.[31][32][33] Il y a une foire des producteurs locaux chaque année le dernier dimanche de juillet sur le cours Mirabeau. Les cépages comprennent le grenache, la syrah, le cabernet sauvignon et notamment le vermentino.[34]

La compagnie aérienne Twin Jet a son siège social à Aix-en-Provence.[36]

Population[[Éditer]

Population historique
An Pop. ±%
2006 142 534
2007 143 404 + 0,6%
2008 142 743 −0,5%
2009 141 895 −0,6%
2010 141 438 −0,3%
2011 140 684 −0,5%
2012 141 148 + 0,3%
2013 141 545 + 0,3%
2014 142 149 + 0,4%
2015 142 668 + 0,4%
2016 143 006 + 0,2%

Politique[[Éditer]

Élections présidentielles Deuxième tour:[37]

Transport[[Éditer]

Un ensemble de routes anciennes rayonnent d’Aix vers la campagne environnante, le Pays d’Aix. Il existe également un grand nombre d’autoroutes modernes reliant Aix aux villes voisines. Il y a des autoroutes vers le nord vers Avignon et vers le Luberon; vers le sud jusqu’à Marseille; et à l’est jusqu’à Aubagne et la côte méditerranéenne de la Provence; et vers Nice et d’autres villes de la Côte d’Azur. Aix et Marseille sont à égale distance de l’aéroport Marseille Provence (MRS) à Marignane sur l’étang de Berre qui propose des vols réguliers de passagers nationaux et internationaux. Il y a un autre aéroport aux Milles, qui est principalement utilisé par l’aviation générale. Il y a un service de navettes fréquentes depuis la gare routière principale d’Aix qui dessert également la gare TGV voisine de l’Arbois, en pleine campagne à environ 16 km d’Aix.

A Aix, la ligne de Paris rejoint Marseille et Nice; il faut environ 3 heures pour aller de Paris à Aix en TGV. Aix dispose également d’une gare ferroviaire à proximité du centre, la Gare d’Aix-en-Provence, avec des liaisons vers Marseille, Pertuis et Briançon dans les Alpes françaises. Un service de navette fréquent et rapide pour les navetteurs opère entre la gare routière d’Aix et Marseille. Il existe de nombreux autres bus longue distance et locaux depuis la gare routière. La ville propose également un «city pass» disponible en forfaits de 24, 48 et 72 heures pour les touristes de passage.[38] Le «pass tourisitque» est proposé à l’Office de Tourisme d’Aix-en-Provence, à l’Atelier de Cézanne et sur le site officiel du tourisme d’Aix.[38]

Dans la ville elle-même, il existe un service de bus municipal bon marché, comprenant un service de bus commuté («proxibus»), un service de parking-relais et de minuscules bus électrifiés pour les personnes à mobilité réduite. Ce sont des véhicules à six places qui circulent à une vitesse de 10 mi / h (16,09 km / h).[39] La vieille ville centrale d’Aix est en grande partie piétonne. Il y a de grandes structures de stationnement souterraines et aériennes placées à intervalles réguliers sur le « boulevard exterieur », la rocade à sens unique qui encercle la vieille ville. L’accès à la vieille ville se fait par une série de rues à sens unique souvent étroites qui peuvent être déroutantes pour les non-initiés.[40][41]

Comme dans de nombreuses autres villes françaises, un programme de location de vélos à court terme surnommé V’Hello, gratuit pour les trajets de moins d’une demi-heure, a été récemment mis en place par la mairie: et a été très apprécié des touristes.[42] Outre les routes terrestres, deux «rivières» traversent Aix, l’Arc et la Torse, mais dont aucune ne peut être qualifiée à distance de navigable.

Divers[[Éditer]

Le dialecte local d’Aix, rarement utilisé et parlé par un nombre de personnes en diminution rapide, fait partie du dialecte provençal de la langue occitane. Le provençal pour « Aix-en-Provence » est « Ais de Prouvènço » [ˈaj de pʀuˈvɛ̃sɔ]. La plupart des vieilles rues d’Aix ont des noms en provençal et en français.

Aix a accueilli le neuvième Congrès international d’architecture moderne en 1953.

Aix est la ville natale de l’équipe de rugby à XV Provence Rugby. Il a accueilli les All Blacks pendant les premières étapes de la Coupe du monde de rugby 2007.[43][44]

Ysabel, le dixième roman de l’auteur canadien à succès Guy Gavriel Kay, a été mis et écrit à Aix.

Album de l’artiste électroacoustique italien Giuseppe Ielasi Aix[45] a été produit à Aix-en-Provence, d’où le titre.

C’est également le site d’une supposée observation et atterrissage d’un OVNI en 1981 qui est pris au sérieux par GEIPAN, le département de l’Agence spatiale française chargé d’enquêter sur les phénomènes aérospatiaux.[46]

Villes jumelles et villes sœurs[[Éditer]

Villes jumelles – Villes sœurs

Aix-en-Provence est officiellement jumelée[47][48]

avec les sept villes suivantes (par ordre alphabétique):

Partenariats

Par ailleurs, Aix entretient des coopérations internationales, des partenariats et des échanges avec les villes suivantes du monde entier:[47]

Les gens d’Aix[[Éditer]

Naissances[[Éditer]

Aix-en-Provence est le berceau de:

  • Eleanor de Provence (décédée en 1291), reine consort du roi Henri III d’Angleterre
  • Charles Annibal Fabrot (1580-1659), juriste français, né à Aix
  • David-Augustin de Brueys (1640–1723), théologien et dramaturge
  • Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708), botaniste
  • André Campra (1660–1744), compositeur et chef d’orchestre
  • Jean-Baptiste van Loo (1684–1745), peintre
  • Laurent Belissen (1693–1762), compositeur baroque
  • Joseph Lieutaud (1703-1780), médecin de Louis XV de France
  • Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues (1715–1747), écrivain et moraliste
  • Joseph Sec (1715–1794), charpentier et architecte
  • Jean-François Pierre Peyron (1744–1814), peintre
  • Jean-Baptiste Giraud (1752–1830), sculpteur
  • Toussaint-Bernard Éméric-David (1755–1839), archéologue et écrivain artistique
  • Antoine Balthazar Joachim d’André (1759–1825), membre de l’Assemblée nationale constituante de 1789
  • François Marius Granet (1775–1849), peintre
  • Charles-Joseph-Eugène de Mazenod (1782–1861), évêque de Marseille et fondateur des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée
  • Eliza Courtney (1792–1859), fille illégitime du premier ministre Charles Gray, 2e comte Grey et Georgiana Cavendish, duchesse de Devonshire
  • François Mignet (1796–1884), historien
  • François Vincent Latil (1796–1890), peintre français
  • Achille Emperaire (1829–1898), peintre français, ami avec Paul Cézanne
  • François Vidal (1832-1911), poète occitan, musicien, militant
  • Paul Cézanne (1839–1906), peintre ayant vécu et peint dans la ville
  • Philippe Solari (1840-1906), sculpteur français
  • Baptistin Baille (1841-1918), professeur d’optique et d’acoustique
  • Maurice Rouvier (1842-1911), homme politique
  • Alfred Capus (1858-1922), dramaturge, membre de l’Académie française
  • Henri Brémond (1864–1933), théologien
  • Armand Lunel (1892–1977), dernier orateur connu de Shuadit
  • Darius Milhaud (1892-1984), compositeur et enseignant[54][55]
  • Paul Veyne (né en 1930), historien et archéologue
  • Jacques Pellegrin (né en 1944), peintre
  • Henri Michel (1947-2018), footballeur et entraîneur
  • Didier Delsalle (né en 1957), pilote
  • Frédéric Fekkai (né en 1958), coiffeur de célébrités
  • Tristan-Patrice Challulau (né en 1959), compositeur classique
  • Jean-Paul Delfino (né en 1964), écrivain
  • Julia Zemiro (née en 1967), acteur franco-australien et animatrice de l’émission de télévision australienne RocKwiz
  • Hélène Grimaud (née en 1969), pianiste de concert
  • Franck Cammas (né en 1972), marin de course professionnel[56]
  • Norodom Rattana Devi (née en 1974), princesse cambodgienne
  • Arnaud Clément (né en 1977), joueur de tennis professionnel, finaliste à l’Open d’Australie en 2001
  • Célimène Daudet (née en 1977), pianiste classique
  • Mylène Jampanoï (née en 1980), actrice française
  • Paris Laxmi (né en 1991), danseuse indienne

Des résidents célèbres[[Éditer]

  • Saint Maximin, le premier disciple chrétien et premier évêque d’Aix, qui selon la tradition provençale a évangélisé Aix avec Marie-Madeleine
  • Saint Mitre, (433–466) le martyr chrétien mort à Aix en 466 et dont les reliques sont conservées dans la cathédrale
  • René d’Anjou, (1409–1480), duc d’Anjou, comte de Provence
  • Barthélemy d’Eyck, (vers 1420 – après 1470) peintre
  • Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, (1580–1637), un scientifique surtout connu pour sa correspondance
  • Jean Daret, (1613-1668), le peintre français, décédé à Aix
  • Pierre Joseph Garidel, (1658-1737), le botaniste
  • Claude Arnulphy, (1697–1786), peintre
  • Jean-Baptiste Marie de Piquet, marquis de Méjanes, (1729–1786), qui légua à la ville sa collection de 60 à 80 000 livres, qui deviendra plus tard la bibliothèque municipale, la Bibliothèque Méjanes
  • Jean de Dieu-Raymond de Cucé de Boisgelin (1732-1804), archevêque d’Aix.
  • Victor d’Hupay, (1746–1818), écrivain et philosophe
  • Jean-Antoine Constantin, (1756–1844), peintre
  • Antoine de L’Hoyer (1768–1852), compositeur, guitariste, soldat
  • Ambroise Roux-Alphéran, (1776–1858), greffier et historien
  • Émile Zola (1840-1902), le romancier, né à Paris mais ayant passé son enfance à Aix
  • Joseph Ravaisou, (1865-1925), peintre français, décédé à Aix
  • Louise Germain, (1874-1939), peintre française, décédée à Aix
  • Joseph d’Arbaud, (1874-1950), poète français, décédé à Aix
  • Nina Simone, (1933-2003), chanteuse, compositrice, pianiste, militante des droits civiques américaine, a vécu à Aix-en-Provence à partir de 1993 pour le reste de sa vie.
  • Christophe Rousset, (né en 1961), chef d’orchestre et claveciniste français, qui a grandi à Aix
  • Charles Trenet, (1942–2001), poète, peintre et chanteur français, a écrit « I Wish You Love » et plusieurs conifères à Aix
  • Grégory Gaultier (né en 1982), champion du monde de squash 2015

Galerie[[Éditer]

Voir également[[Éditer]

  1. ^ « Populations légales 2017 ». INSEE. Récupéré 6 janvier 2020.
  2. ^ « Aix-en-Provence ». Dictionnaire Lexico UK. Presse universitaire d’Oxford. Récupéré 31 juillet 2019.
  3. ^ « Aix-en-Provence ». Le dictionnaire américain du patrimoine de la langue anglaise (5e éd.). Boston: Houghton Mifflin Harcourt. Récupéré 31 juillet 2019.
  4. ^ « Aix-en-Provence ». Dictionnaire Merriam-Webster. Récupéré 31 juillet 2019.
  5. ^ «Histoire d’Aix» Archivé 4 novembre 2013 à la Wayback Machine, site de l’office du tourisme d’Aix-en-Provence.
  6. ^ cf Jérôme, lettre cxxiii, Vers l’Agéruchie, 8, 409 après J.-C.
  7. ^ Théâtre antique d’Aquae Sextiae (en français)
  8. ^ [1]
  9. ^ « Office de tourisme; le climat d’Aix ». Aixenprovencetourism.com. Archivé de l’original le 10 février 2010. Récupéré 15 avril 2010.
  10. ^ « Aix en Provence (13) » (PDF). Fiche climatologique: Statistiques 1981–2010 et records (en français). Météo France. Archivé de l’original (PDF) le 30 mars 2018. Récupéré 29 mars 2018.
  11. ^ Sarre, Claude-Alain (2007). « Les Deux Garçons. Quatre Siècles d’Histoire au Coeur d’Aix-en-Provence ». Université Aix. ISBN 2-903449-92-9.
  12. ^ « Aix: les » 2G « totalement détruits par un incendie ». La Provence. Récupéré 5 mars 2020.
  13. ^ Guide Michelin de Provence, ISBN 2-06-137503-0, pages 67–68.
  14. ^ « Office de Tourisme: Vieux Aix ». Aixenprovencetourism.com. Archivé de l’original le 17 février 2010. Récupéré 15 avril 2010.
  15. ^ Encyclopædia Britannica, 1911.
  16. ^ Laurence Labrouche, « Ariane Mnouchkine: un parcours théâtral: le terrassier, l’enfant et le voyageur », L’Harmattan (1999), ISBN 2-7384-8022-5, page 66, « la ville aux mille fontaines »
  17. ^ « Provence ». Guide Vert Michelin. Michelin. 1999. ISBN 0-320-03732-0. , page 69. La fontaine a été construite en 1667.
  18. ^ « Site Internet du Musée Granet ». Museegranet-aixenprovence.fr. Archivé de l’original le 23 avril 2010. Récupéré 15 avril 2010.
  19. ^ « Réouverture du Musée Granet à Aix-en-Provence ». La Tribune de l’Art. 20 août 2007. Récupéré 22 mai 2009.
  20. ^
    « Montagne Ste-Victoire, Aix-en-Provence, Gardanne, Trets ». La Carte de Randonnée, 1; 25 000. 3244 ET. Institut Géographique National.
  21. ^ Mairie de Vauvenargues, Histoire et patrimoine (en français)
  22. ^ O’Brian, Patrick (1976). « Picasso: Pablo Ruiz Picasso: une biographie ». Putnam. ISBN 88-304-0863-8.
  23. ^ « Les derniers jours et le dernier voyage de Pablo Picasso ». TEMPS. 23 avril 1973.
  24. ^ Bruno Ely (2009). « Château de Vauvenargues ». ImageArt. ISBN 978-2-9534525-0-1.
  25. ^ Château de Vauvenargues, site officiel
  26. ^ Ribeiro, Benjamin. « Euro 2016: Aix, camp de base de l’Ukraine » Archivé 26 mars 2016 à la Wayback Machine, aix-international.com (en français). Récupéré le 18 mars 2016.
  27. ^ « Histoire d’Aix-en-Provence ». Edisud. 1977. ISBN 2-85744-237-8.
  28. ^ Beckett-Young, Kathleen (26 février 1989). « FARE OF THE COUNTRY; Provence’s Almond Calissons ». Le New York Times. ISSN 0362-4331. Récupéré 24 November 2019.
  29. ^ « France battles China over sweets trademark ». 16 November 2016. Récupéré 24 November 2019.
  30. ^
    Parker, Robert (1996). « The Wine Buyer’s Guide ». Dorling Kindersley: 488. ISBN 0-7513-0342-9.
  31. ^ « Official website for Château Simone ». Chateau-simone.fr. Archived from the original on 10 April 2010. Récupéré 15 April 2010.
  32. ^ « Guide des Vins – Château Crémade » (in French). Guidevins.com. Récupéré 15 April 2010.
  33. ^ « Aix en Provence Office de Tourisme ». Archived from the original on 3 February 2014. Récupéré 19 September 2019.
  34. ^ « The Chocolaterie of Puyricard ». Puyricard.fr. Archived from the original on 21 April 2010. Récupéré 15 April 2010.
  35. ^ « The company: Company information. » Twin Jet. Retrieved on 8 July 2010. « Address : TWIN JET 1070 rue du lieutenant Parayre BP 30370 13799 AIX EN PROVENCE CEDEX 3 « 
  36. ^ http://www.lemonde.fr/data/france/presidentielle-2017/
  37. ^ une b « Aix-en-Provence City Pass | Aix en Provence │ Office de Tourisme ». Aix-en-Provence Tourist Office. Récupéré 18 December 2017.
  38. ^ « Internet Archive Wayback Machine » (PDF). Web.archive.org. 27 February 2008. Archived from the original (PDF) on 20 March 2009. Récupéré 15 September 2011.
  39. ^ Aix-en-Provence, Plan Guide Blay-Foldex.
  40. ^ « Map of central Aix ». Archived from the original on 31 May 2010. Récupéré 15 April 2010.
  41. ^ Ville d’Aix-en-Provence: V’Hello…Bougez dans Aix en toute liberté ! Archived 13 January 2009 at the Wayback Machine
  42. ^ « Just Sport – New Zealand’s Sports Network – What’s Up : RWC 2007 Commentators Blog ». Radio Sport. 21 October 2007. Archived from the original on 27 September 2011. Récupéré 22 May 2009.
  43. ^ « All Blacks dazzled by haka ballet – rugbyheaven07.com.au ». Rugbyheaven.com.au. 28 September 2007. Archived from the original on 30 July 2008. Récupéré 22 May 2009.
  44. ^ « Aix, 12k records ». Récupéré 1er août 2012.
  45. ^ « Why the French state has a team of UFO hunters By Chris Bockman ». Récupéré 4 November 2014.
  46. ^ une b « Association of twinnings and international relations of Aix-en-Provence ». Aix-jumelages.com. Récupéré 15 April 2010.
  47. ^ « Mairie of Aix-en-Provence – Twinnings and partnerships ». Archived from the original on 11 December 2015. Récupéré 14 avril 2013.
  48. ^ « British towns twinned with French towns ». The Mayor of Bath.
  49. ^ « Bath’s Twinning Associations ». The Mayor of Bath. Archived from the original on 17 May 2011. Récupéré 23 août 2016.
  50. ^ « Town Twinning ». The Mayor of Bath. Archived from the original on 28 September 2013. Récupéré 23 août 2016.
  51. ^ « Acordos de Geminação » (in Portuguese). © 2009 Câmara Municipal de Coimbra – Praça 8 de Maio – 3000-300 Coimbra. Récupéré 25 June 2009.
  52. ^ Perugia Official site – Relazioni Internazionali Archived 15 February 2012 at the Wayback Machine (in Italian)
  53. ^ Jessula, Georges (2003). « Darius Milhaud, Compositeur de Musique ». Revue Juive: 140–144. Since their marriage in 1892, Milhaud’s parents lived in the Bras d’Or in Aix-en-Provence, where their son grew up; however he was delivered at the home of his maternal grandparents in Marseille.
  54. ^ Milhaud, Darius (1998). « Ma Vie heureuse ». Zurfluh. ISBN 2-87750-083-7.
  55. ^ FullSIX (22 December 1972). « Franck Cammas – Profile ». Cammas-groupama.com. Archived from the original on 21 May 2009. Récupéré 22 May 2009.

[[Éditer]

  1. ^ However, with the preposition une/une ‘to’, the forms are as Ais/à-z-Ais [aˈzaj].

Références[[Éditer]

  • Busquet, Raoul (1954). Histoire de la Provençade des origines à la révolution française. Editions Jeanne Lafitte. ISBN 2-86276-319-5.
  • INSEE
Attribution

Bibliography[[Éditer]

Liens externes[[Éditer]

140 ms 10.8%
Scribunto_LuaSandboxCallback::getExpandedArgument 120 ms 9.2%
Scribunto_LuaSandboxCallback::gsub 120 ms 9.2%
Scribunto_LuaSandboxCallback::getEntityStatements 100 ms 7.7%
Scribunto_LuaSandboxCallback::callParserFunction 80 ms 6.2%
validateData 40 ms 3.1%
Scribunto_LuaSandboxCallback::formatDate 40 ms 3.1%
Scribunto_LuaSandboxCallback::getAllExpandedArguments 40 ms 3.1%
Scribunto_LuaSandboxCallback::fetchLanguageNames 20 ms 1.5%
[others] 200 ms 15.4%
Number of Wikibase entities loaded: 3/400
->

ifeddal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *