Sanna Marin | Finlande

Marin, 34 ans, est le plus jeune Premier ministre finlandais et, pendant un certain temps, a été le leader national le plus jeune du monde, avant que l’Autrichien Sebastian Kurz ne reprenne ses fonctions.

Elle dirige un gouvernement de coalition qui compte cinq femmes à des postes clés, quatre, dont elle, de moins de 34 ans.

Il s’agit du ministre des Finances Katri Kulmuni, 32 ans; la ministre de l’Intérieur Maria Ohisalo, 34 ans; et le ministre de l’Éducation, Li Andersson, 32 ans.

Marin, qui a commencé sa carrière politique en 2012, n’est pas la première femme Premier ministre finlandaise: c’était Anneli Jäätteenmäki en 2003.

« Pour moi, les droits de l’homme, l’égalité ou l’égalité des personnes n’ont jamais été des questions d’opinion mais le fondement de ma conception morale », a déclaré Marin. « J’ai rejoint la politique parce que je veux influencer la façon dont la société perçoit ses citoyens et leurs droits.

« L’égalité signifie pour moi que tout le monde a la possibilité de vivre une bonne vie, d’avoir des moyens de subsistance décents et d’avoir une influence et une participation dans la société. Le rôle de la politique est de démanteler et de changer les structures qui discriminent les gens. »

Greta Thunberg | Suède

Greta Thunberg n’a pas besoin de présentation.

Il y a deux ans, la militante a pris de l’importance à l’âge de 15 ans lorsqu’elle a quitté l’école tous les jours pendant trois semaines pour protester contre le changement climatique devant le parlement suédois.

Le concept de leçons manquantes pour protester, sous la bannière Fridays for Future, s’est répandu dans le monde entier et a inspiré sa génération à agir.

Thunberg est devenue encore plus célèbre lorsqu’elle a soutenu ses paroles par des actions en se rendant au sommet des Nations Unies sur l’action pour le climat à New York.

« Je ne devrais pas être ici », a déclaré un Thunberg en colère lors du sommet. « Je devrais être de retour à l’école de l’autre côté de l’océan.

« Vous venez tous à nous, les jeunes, pour l’espoir. Comment osez-vous! Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos mots vides. »

Milena Kadieva | Bulgarie

Milena Kadieva a récemment triomphé aux Women of Europe Awards où elle a été reconnue pour « avoir entrepris des actions extraordinaires au niveau local ».

Il s’agissait de créer la Fondation Gender Alternatives, spécialisée dans l’aide aux victimes de violences faites aux femmes.

Il dispose d’une équipe d’avocats, de psychologues et de travailleurs sociaux qui soutiennent les femmes dans des situations économiques ou sociales difficiles.

«Ma mission en tant qu’avocate des droits humains a toujours été de protéger les femmes et les filles de la violence, de travailler pour l’égalité des sexes et de soutenir les personnes dans le besoin», en acceptant son prix.

« C’est une reconnaissance de chaque femme active en Europe. C’est une inspiration pour toutes les femmes et les filles en Europe que leurs actions comptent. C’est un signe que même le travail d’une seule femme pourrait changer le monde. »

Laura Codruta Kövesi | Roumanie

Laura Kovesi a mené la lutte contre la greffe dans ce qui est considéré comme l’un des pays les plus corrompus de l’UE.

Elle a dirigé la Direction nationale anticorruption (DNA) de Roumanie et a obtenu des condamnations contre des ministres, des maires et des députés.

Kovesi a remporté des éloges à Bruxelles et dans d’autres capitales européennes, mais a été licencié de manière controversée alors que les sociaux-démocrates roumains (PSD) étaient au pouvoir.

L’un des politiciens roumains les plus en vue, Liviu Dragnea, qui dirigeait le PSD lorsque Kovesi a été expulsé, a été emprisonné en mai dernier pour trois ans et demi pour corruption.

À mon avis, être puissant signifie gagner la confiance de la population et, surtout, réussir à la conserver « , a déclaré Kovesi en remportant un prix Women in Power aux Women of Europe Awards 2019.

« Dans mon métier, vous ne pouvez le faire qu’en travaillant professionnellement, en étant conséquent et en respectant la loi à tout moment.

« Ce prix appartient également à toutes les personnes qui m’ont soutenu dans la lutte contre la corruption et dans le respect de l’État de droit et des valeurs européennes. »

Johanna Nejedlová | République Tchèque

Johanna Nejedlova est co-fondatrice de Konsent, un jeune groupe féministe dont le but est d’aider à réaliser l’égalité des sexes en République tchèque en s’opposant au sexisme, en déconstruisant les mythes entourant le viol et en promouvant le sexe consensuel.

Elle a récemment été récompensée aux Women of Europe Awards 2019.

« Il est impératif d’éliminer la violence à l’égard des femmes afin de parvenir à l’égalité », a-t-elle déclaré. « Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que les femmes s’épanouissent vraiment, tant sur le plan personnel que professionnel, si leur sécurité reste menacée par le harcèlement, les agressions ou le viol.

«Nous devons nous concentrer sur la création d’un environnement plus sûr et meilleur pour les femmes. Et, les outils ne manquent pas. Nous avons besoin que les politiciens et les personnalités publiques prennent la parole et fassent de la violence sexuelle basée sur le genre leur priorité et la première étape le long chemin vers l’égalité des sexes est la ratification et la mise en œuvre de la Convention d’Istanbul dans tous les pays européens. »

Kiki Dimoula | Grèce

Kiki Dimoula, l’un des poètes les plus connus de Grèce, est décédé le mois dernier à l’âge de 88 ans.

Sa réputation a été solidement établie dans les années 1960 et, à partir des années 1970, elle a reçu de nombreux prix, dont le Prix européen de littérature en 2009.

Elle est devenue membre de l’Académie d’Athènes en 2002, la troisième femme élue à la chaire de littérature.

« J’utilise l’humour pour exorciser la mort », a-t-elle expliqué une fois. « La poésie », a expliqué Dimoula, qui a souvent invoqué la mémoire de son mari, décédé en 1985, « peut faire de l’absence une présence. J’appelle les morts. J’invoque la mort ».

Appelé par un critique «un poète de l’émotion mais pas de la sentimentalité», Dimoula avait proclamé que «nous tombons amoureux pour vaincre la peur de ne pas ressentir», insistant sur le fait que l’amour est toujours «l’affaire d’une seule personne, pas de deux» mais appelant également l’amour « une victime de notre ego qui se plait ».

Beate Uhse | Allemagne

C’est une figure controversée, mais une chose est sûre: Beate Uhse a changé l’Allemagne!

L’entrepreneur a brisé les tabous avec les premiers sex-shops de l’Allemagne prudente après la guerre et a porté le sujet de la sexualité et de l’érotisme et en particulier la convoitise féminine aux yeux du public.

Même si le groupe Uhse a fait faillite, «les Lumières de la nation prudienne» était l’une des femmes entrepreneures allemandes les plus prospères.

Avec sa «Vente par correspondance pour l’hygiène du mariage», elle a contribué au changement social et à une manière plus libre de traiter la sexualité, contre l’opposition la plus dure de la justice et de l’église.

Aujourd’hui, Beate Uhse est jugé de manière ambiguë. Pour de nombreuses féministes, Flensburg est un tissu rouge. Elle a produit de la pornographie qui n’a pas nécessairement contribué à l’émancipation des femmes, mais a plutôt servi les fantasmes masculins.

La société a finalement fait la paix avec la pionnière du sexe et lui a décerné la Croix fédérale du mérite.

Adele Haenel | France

L’actrice française Adele Haenel a récemment fait la une des journaux après avoir pris d’assaut la cérémonie de remise des prix du film Cesar contre le réalisateur Roman Polanski – accusé d’avoir violé une jeune fille de 13 ans en 1977 – gagnant d’un prix

En s’ouvrant publiquement sur l’agression sexuelle dont elle dit avoir été victime à l’adolescence, la jeune femme de 31 ans a jeté une lumière vive sur les coins les plus sombres de la petite élite qu’est le cinéma français.

L’automne dernier, Haenel a déclaré avoir été harcelée sexuellement à l’âge de 12 ans par le réalisateur français Christophe Ruggia dans son premier film. Haenel a déposé une plainte contre la police et Ruggia a été accusé en janvier de voies de fait sur un enfant par une personne en position d’autorité. Ruggia a nié tout acte répréhensible.

Expliquant sa décision de quitter les Césars, elle a déclaré: « J’étais énervée, mais je ne l’aurais pas perdue sans ce gars derrière moi qui a crié » Bravo Roman!  » quand Polanski a gagné. C’est la paille qui a brisé le dos du chameau. J’ai dit « honte, honte ».  »

Judit Polgár | Hongrie

Judit Polgár est un grand maître d’échecs hongrois de 43 ans et généralement considérée comme la joueuse d’échecs la plus forte de tous les temps.

Polgár est la seule femme à avoir gagné un match contre un joueur numéro un mondial en titre et a battu onze champions du monde actuels ou anciens en échecs rapides ou classiques.

Traditionnellement, les échecs étaient une activité dominée par les hommes, et les femmes étaient souvent considérées comme des joueuses plus faibles, faisant ainsi avancer l’idée d’un championnat du monde distinct.

Cependant, dès le début, László, son père, était contre l’idée que ses filles devaient participer à des événements réservés aux femmes.

« Les femmes peuvent obtenir des résultats similaires, dans les domaines des activités intellectuelles, à ceux des hommes », écrit-il.

« Les échecs sont une forme d’activité intellectuelle, donc cela s’applique aux échecs. En conséquence, nous rejetons toute forme de discrimination à cet égard. »

Aiste Ptakauske | Lituanie

Aiste Ptakauske a de nombreux chapeaux: un écrivain, scénariste et réalisateur primé, un chef de projet culturel, un conférencier, un coach culturel et un ambassadeur sur scène de la Lituanie.

Mais elle rit et ignore les multiples titres: «En un mot, je suis un créateur de contenu et ce qui en découle! Assurément, l’autonomisation des autres, en particulier des femmes, est très et très importante pour moi. »

Vous pouvez également la voir à l’Université technique de Vilnius Gediminas, où elle est la productrice déléguée d’un réseau de télévision étudiant.

Vita Liberte | Lettonie

En tant qu’avocate et entrepreneure, Vita Liberte, directrice générale d’un cabinet d’avocats à Riga, se déplace dans les réunions du conseil d’administration et les salles d’audience à prédominance masculine.

Ancienne élève de la prestigieuse Université de New York, Liberte est un conférencier populaire lors de conférences locales et internationales.

«Je crois fermement que les équipes les plus efficaces sont celles composées d’un mélange diversifié de personnes, chacune apportant des forces, des compétences et des points de vue différents», a déclaré Liberte à Euronews.

« En Europe, plus de 50% des diplômés universitaires sont des femmes. Si les entreprises évitent l’autonomisation des femmes, elles perdent alors des talents.

« Lorsque vous appréciez la diversité, vous encouragez l’échange d’idées différentes et contrastées et cela, à son tour, offre de nouvelles perspectives commerciales et des solutions innovantes. »

Kaja Kallas | Estonie

L’ancienne députée européenne Kaja Kallas est présidente du Parti réformiste estonien de l’opposition et une ardente combattante en matière d’égalité des sexes.

« Kallas a définitivement apporté un changement tangible à la législature nationale, lui conférant une énergie, une sagacité et un charisme effervescents », a déclaré Linas Jegelevicius, rédacteur en chef du Baltic Times.

Il y a un an, elle était en passe de devenir la première femme Premier ministre estonienne, mais le parlement du pays l’a rejetée.

Avocate de formation, on lui a conseillé d’agir plus masculinement pendant la campagne électorale, comme d’échanger la jupe contre un pantalon et même de parler à voix basse pour gagner les votes des traditionalistes, a-t-elle rappelé dans une interview à Euronews.

« Les dirigeants de notre pays sont principalement des hommes, donc les gens peuvent penser qu’il y a quelque chose qui ne va pas avec moi parce que je suis différente », a-t-elle dit. « Mais il n’y a rien de mal avec moi, je suis juste un sexe différent. »

Antoinette Spaak | Belgique

« Antoinette Spaak est une féministe et politicienne belge.

Née en 1928, elle est devenue la première femme belge à diriger un parti politique lorsqu’elle a pris la direction du Front démocratique des francophones (FDF), le parti auquel appartenait son père, l’homme d’État belge Paul-Henri Spaak. Elle est entrée en politique après sa mort en 1972. Elle est restée à la tête du DFF de 1977 à 1982.

De 1988 à 1991, elle a été députée de la circonscription de Bruxelles, où elle a présidé le Conseil de la Communauté française de Belgique.

Le roi Baudoin lui décerne le titre honorifique de ministre d’État en 1983.

Elle a également été membre du Parlement européen de 1979 à 1984 puis de 1994 à 1999.

Fátima Cardoso | le Portugal

Fátima Cardoso, 53 ans, est une oncologue primée qui a eu un impact énorme sur la société.

Né en Afrique, Cardoso a déménagé au Portugal à l’âge de huit ans, a étudié à Amadora et a été stagiaire à l’Institut portugais d’oncologie (IPO) à Porto, avant de devenir un leader international dans la recherche sur le cancer du sein.

Cardoso est maintenant le directeur de l’unité mammaire du Centre Clinique Champalimaud à Lisbonne

L’Ecole européenne d’oncologie (ESO), en collaboration avec l’Alliance mondiale pour le cancer du sein avancé, a décerné à Cardoso le prix Advanced Breast Cancer Award 2019 « en reconnaissance de sa clairvoyance pour comprendre l’importance du cancer du sein avancé et pour avoir lancé une alliance mondiale contre lui » .

L’ABC Global Alliance a été lancée par Cardoso en 2016 à Paris et le projet a pris de l’ampleur, avec actuellement 177 membres de plus de 80 pays à travers le monde.

Sa mission est d’améliorer et de prolonger la vie des femmes et des hommes vivant avec un cancer du sein avancé dans le monde et de lutter pour un remède, de sensibiliser au cancer du sein avancé et de faire pression dans le monde entier pour l’amélioration de la vie des patientes atteintes de ce type de cancer.

Elle est rédactrice en chef du Breast Journal, rédactrice en chef adjointe de l’European Journal of Cancer et membre du comité de rédaction de plusieurs autres revues. Elle a reçu plusieurs subventions internationales pour l’éducation et la recherche et a également reçu en 2015 le prestigieux Ordre de Santiago’s Sword for Scientific Merit.

Monica Cirinnà | Italie

Monica Cirinnà, 57 ans, est membre du Sénat italien. La loi autorisant les unions civiles entre personnes du même sexe, adoptée en 2016, porte son nom.

Née et élevée dans une famille catholique, elle a passé 20 ans à travailler pour la municipalité de Rome et est une militante permanente de l’environnement, des femmes et des droits des animaux.

Elle a fait ouvrir à Rome le premier bureau des droits des animaux, a contribué à la loi nationale qui interdit la suppression des chats et des chiens dans les niches publiques et elle a forcé l’ancien maire de Rome, Gianni Alemanno, à nommer plus de femmes dans son cabinet.

Elle vit dans une ferme avec son mari, un autre politicien du Parti démocrate, ses quatre enfants et beaucoup d’animaux.

Elle s’est battue pour l’équivalence entre le mariage gay et le mariage hétérosexuel, mais elle a dû accepter une version édulcorée de son projet de loi. Elle s’est également battue pour l’adoption d’un beau-fils. Elle est végétarienne.

Doreen Lawrence | Royaume-Uni

Après le meurtre raciste de son fils adolescent Stephen en 1993, Doreen Lawrence a fait campagne pour la réforme du service de police, poussant à une enquête qui allait éventuellement changer le système judiciaire britannique.

Avec son mari de l’époque, le père de Stephen, Neville, Lawrence a affirmé que le catalogue d’erreurs dans l’enquête ratée de la police métropolitaine sur le meurtre de son fils était dû au racisme dans la police.

Après six ans de sa campagne pour une enquête publique, en 1999, cela a été accordé. L’enquête a conclu que la police métropolitaine était «institutionnellement raciste» et c’est pourquoi elle n’avait pas réussi à résoudre le meurtre de Stephen.

Le rapport contient 70 recommandations sur la manière dont non seulement la police, mais le pouvoir judiciaire, la fonction publique et le NHS devraient changer en termes de relations raciales, et en deux ans, 67 d’entre eux sont entrés en vigueur.

Sir William Macpherson, qui a dirigé l’enquête, a déclaré qu’elle était le résultat direct de la campagne de Doreen et Neville Lawrence.

L’une de ces réformes, l’abolition de la « règle de la double incrimination » en vertu de laquelle auparavant personne ne pouvait être jugé deux fois pour le même crime, a permis à deux hommes précédemment acquittés d’être condamnés pour le meurtre de Stephen en 2012.

Lawrence a continué de faire campagne pour que justice soit rendue aux victimes de crimes à motivation raciale. Elle a fondé le Stephen Lawrence Charitable Trust, qui aide les jeunes issus de milieux défavorisés à surmonter la discrimination pour atteindre leurs objectifs professionnels. Elle a reçu un OBE pour les services aux relations communautaires en 2003 et a été nommée pair à vie en 2013, faisant d’elle la baronne Lawrence. En 2014, elle a été nommée la femme la plus influente de Grande-Bretagne par Woman’s Hour de BBC Radio 4.

Svetlana Gannushkina | Russie

Svetlana Gannushkina est une militante éminente des droits russes. Elle est née à Moscou en 1942. Pendant de nombreuses années, elle a travaillé comme professeur de mathématiques.

En 1990, elle a fondé le Comité d’assistance civique – une ONG qui fournit un soutien, une aide humanitaire et une éducation aux migrants et aux réfugiés en Russie. Depuis 2015, l’organisation est qualifiée d ‘«agent étranger» par le gouvernement russe.

Elle était membre du Conseil présidentiel russe des droits de l’homme et a été nominée pour le prix Nobel de la paix.

Christiane Brunner | Suisse

Christiane Brunner, née en 1947 dans une famille aux moyens modestes, est responsable des près d’un demi-million de femmes suisses qui sont descendues dans la rue en 1991 pour la première grève des femmes du pays, à une époque où elles n’étaient pas des téléphones portables, des réseaux sociaux réseaux, e-mail ou sites Web pour partager les nouvelles.

La participation à l’activisme et à la politique a été sa vie. Dès 1969, elle a cofondé le Mouvement de libération des femmes (MLF) en Suisse. Elle est licenciée en droit et a travaillé comme avocate, mais elle a également présidé des syndicats et le Parti socialiste suisse.

En 1993, alors qu’elle était conseillère nationale (à la chambre basse), son groupe parlementaire l’a choisie comme candidate à un siège vide au Conseil fédéral, une autorité collégiale agissant en tant que chef du gouvernement et chef de l’État. élue, en raison d’une violente campagne sexiste menée contre elle, qui ferait d’elle un symbole de la lutte pour la place des femmes en politique. Elle a ensuite été élue conseillère d’État à la chambre haute de la Suisse pour 11 ans.

Tetyana Yalovchak | Ukraine

Tetiana Yalovchak est une grimpeuse ukrainienne, conférencière motivatrice et auteure.

Elle est la première femme ukrainienne à conquérir les plus hauts sommets de chacun des sept continents du monde.

Yalovchak est née dans la région de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine, occupée par des séparatistes soutenus par la Russie depuis 2014. La tragédie personnelle de perdre sa maison dans le conflit s’est avérée être une motivation supplémentaire.

« Je sais que vous pouvez prendre toute la douleur et la diriger vers des réalisations », a-t-elle déclaré.

Elle a également conquis les trois plus hauts sommets du Royaume-Uni en 24 heures et a nagé à travers le Bosphore.

Outre ses réalisations sportives, Yalovchak est également une conférencière motivante accomplie. Elle est formatrice en motivation dans un certain nombre de grandes entreprises mondiales comme Danone et Nestlé. Elle est une conférencière très demandée lors de conférences internationales et d’établissements d’enseignement supérieur. Elle vient de publier un livre de motivation en ukrainien qui se traduit par « Climb your Everest ».

Sa mission est d’inspirer les gens: « Je ne vous appelle pas à la montagne. Je vous invite à vous fixer de grands objectifs comme l’Everest et à les atteindre. »