Eh bien, celui-ci était peut-être un peu morbide:

Le «Five Before You Die» était une fonctionnalité que nous avons rejointe à l’été 2010; à l’heure actuelle, il y a maintenant beaucoup plus de grands livres arabes disponibles en traduction, mais cela reste une liste solide de traducteurs, auteurs, critiques et éditeurs.

Shakir Mustafa

Bien qu’il ne puisse pas le mettre sur son curriculum vitae, Mustafa a peut-être été le premier supporter de ce blog. Il enseigne à la Northeastern University, traduit et est l’éditeur et le traducteur de l’excellent Fiction irakienne contemporaine: une anthologie. Ses choix:

Mahmoud Saeed

Saeed est l’auteur acclamé et primé de Saddam City, parmi de nombreuses autres œuvres. Nous avons depuis couru une entrevue avec lui ici. Il vit, écrit et enseigne actuellement à Chicago. Ses choix:

1 – Mille et une nuits par Mohammed bin Sakkra Alhashemi
2 – Hayy Ben Yadhan par Iben Tufail
3 – Maqamat Al Hamdani par Bad’ie Azzaman Alhamadani
4 – Enfants de l’allée par Naguib Mahfouz
5 – La vie pleine de trous par Driss Chraibi

Sinan Antoon

Antoon a été sélectionné pour le prix international de la fiction arabe de cette année pour son troisième roman, Je vous salue Marie, en cours de traduction. Son deuxième, Grenade seule, sortira en traduction plus tard cette année de Yale University Press. Son premier était I’jaam, que Katrina Weber énumère comme l’un de ses choix plus bas dans la liste. Il a également publié un recueil de poèmes en anglais, intitulé Bagdad Blues, en plus d’être cinéaste et traductrice primée, et est actuellement professeur adjoint à NYU. Plus d’informations sur Antoon ici. Ses cinq:

  1. Mahmoud Darwish, Fi Hadrat al-Ghiyab ( En présence d’absence)
  2. Abdelrahman Munif, Villes de sel
  3. Sonallah Ibrahim, le comité
  4. Elias Khoury, Le royaume des étrangers
  5. Hanan al-Shaykh, L’histoire de Zahra

Elias Muhanna

En 2010, Muhanna était étudiante au doctorat en langues et civilisations du Proche-Orient à l’Université de Harvard, écrivain et mainteneur de Qifa Nabki. Il blogue toujours à Qifa Nabki, mais est depuis devenu professeur spécialisé à l’Université Brown. Ses cinq:

  1. Al-Jahiz, Le livre des avares
  2. le Mu`allaqaat dans la traduction d’Arberry
  3. Nuit, chevaux et désert (pas une seule œuvre, mais une excellente anthologie de la littérature arabe classique par Robert Irwin)
  4. Ibq Khaldun’s Muqaddima, dans la traduction de Rosenthal
  5. Les poèmes d’al-Mutanabbi, également dans la traduction Arberry

Youssef Rakha

Rakha est poète, journaliste, critique littéraire et membre de la cabale de Beyrouth39. Il écrit sur la littérature arabe et d’autres choses à http://yrakha.wordpress.com/. Ses deux premiers romans, Sceau du sultan et Crocodiles, sont à venir d’Interlink et Seven Stories Press.

Les cinq livres de Rakha:

Nouri Gana

Gana enseigne au département de littérature comparée de l’UCLA; il écrit également sur la littérature, le cinéma et la culture arabes. Les cinq de Gana (plus un non encore disponible en anglais):

  1. Salih, Saison de migration vers le Nord
  2. Choukri, pour du pain seul
  3. Kanafani, les hommes au soleil
  4. Mahmoud Massadi, Le barrage (Al-Sudd)
  5. Mahfouz, Le mendiant
  6. Barghouti, J’ai vu Ramallah

Laila Lalami

Lalami est l’auteur primé de Fils secret.

Maia Tabet

Tabet est un traducteur littéraire; sa traduction d’Elias Khoury Masques blancs a remporté une citation du Prix Banipal pour la traduction littéraire arabe.

Les cinq de Tabet:

R. Neil Hewison

Hewison est écrivain, traducteur (Ville d’amour et de cendres par Yusuf Idris, et Nuit de noces par Yusuf Abu Rayya), et directeur associé des programmes éditoriaux avec AUC Press. Les cinq de Hewison:

  • Hoda Barakat, La barre des eaux (Liban) – un roman absorbant, éclairant et multicouche se déroulant dans les ruines de guerre vides de Beyrouth, alors qu’un homme luttant pour survivre et conserver sa raison entre des meutes de chiens sauvages reconstruit son histoire et l’histoire de ses proches à travers la métaphore de tissu (dans lequel il faisait du commerce), et révèle lentement les significations secrètes de lin, coton, velours, soie. C’est simplement l’un des meilleurs romans arabes que j’ai lus, et il est magnifiquement traduit par Marilyn Booth.
  • Mourid Barghouti, J’ai vu Ramallah (Palestine) – une révélation poétique de ce que signifie être un exilé et de ce que signifie revenir. C’est l’un des actes d’accusation les plus puissants – parce qu’il est dit si calmement, sans rancune – de la grande injustice qui est Israël. Traduit parfaitement par Ahdaf Soueif.
  • Ibrahim al-Koni, poussière d’or (Libye) – un grand roman du désert à la fois simple et universel. Vous ressentirez la chaleur et les plaies et la soif et la douleur. Dans une élégante traduction d’Elliott Colla.
  • Naguib Mahfouz, Miramar (Egypte) – tout le monde doit avoir son roman Mahfouz préféré, et voici le mien. C’est l’histoire de l’Égypte et de sa révolution, racontée avec brio par quatre hommes très différents séjournant dans une pension à l’ancienne à Alexandrie, alors qu’ils tournent autour de la paysanne qui y travaille.
  • Ahmed Alaidy, Être Abbas el Abd (Egypte) – bizarre, drôle, non conventionnel dans sa forme et son contenu, bref mais efficace et mémorable.

Humphrey Davies

Davies est le célèbre traducteur, entre autres, de l’ouvrage de Bahaa Taher Sunset Oasis, Alaa El Aswany’s Le bâtiment Yacoubian, Elias Khoury’s Porte du soleil et Yalo, Ahmed Al-Aidy’s Être Abbas el-Abd. Vous voudrez certainement vous procurer sa traduction du livre d’Ahmad Faris Shidyaq Jambe par-dessus la jambe quand il sortira plus tard cette année. Les choix de Davies:

Hosam Aboul-Ela

Aboul-Ela est professeur agrégé d’anglais à l’Université de Houston; il donne des cours de théorie littéraire de la littérature postcoloniale, d’études arabes et d’éclairages mondiaux. Il traduit également, notamment Sonallah Ibrahim Furtif, Ibrahim Abdel-Meguid’s Train éloigné, et Soleiman Fayyad Voix. Il est coéditeur avec Gayatri Chakravorty Spivak de «Théorie autour du monde», une nouvelle série de publications traduisant la théorie critique hors d’Europe et d’Amérique du Nord. Aboul-Ela dit qu’il fonde sa liste en partie sur la qualité de la traduction en anglais, à l’exception de Voix, qu’il insiste « dépasse les limites de son traducteur ». Ses cinq:

  1. Ghassan Kanafani, Hommes au soleil
  2. Tayyeb Salih, Saison de migration vers le Nord
  3. Soleiman Fayyad, Voix
  4. Abdel Rahman Munif, Villes de sel
  5. Sonallah Ibrahim, Zaat

Aida Bamia

Bamia est professeur émirite de langue et littérature arabes à l’Université de Floride. Elle a traduit le texte de Sahar Khalifeh L’héritage et Ali Bader Papa Sartre, entre autres.

Katrina Weber

Weber est un amoureux de la littérature arabe et a été le modérateur de la Lire Kutub groupe de littérature et blog, qui fait partie de La troisième ligne programmation à but non lucratif à Dubaï. Weber a également une méthode très intéressante de compter jusqu’à cinq:

Elliott Colla

  1. Traduction de Husain Haddawy Les nuits arabes (basé sur l’édition Muhsin Mahdi de l’arabe).
  2. Saison de migration vers le Nord, La traduction par Denys Johnson-Davies du texte de Tayeb Salih Mawsim al-Hijra ila al-Shamal.
  3. Zayni Barakat, Traduction de Farouq Mustafa du roman du même nom de Gamal al-Ghitani.
  4. Traduction de W. J. Prendergast de Badi ‘al-Zaman al-Hamadhani’s Maqamat.
  5. Villes de sel, Traduction par Peter Theroux du premier quintette d’Abderrahman Munif
  6. Et un bonus qui doit être inclus: La traduction par Michael Sells des premières sourates Meccan en Approche du Coran.

Ursula Lindsay

Lindsay est journaliste et critique littéraire et co-maintient le blog populaire L’arabiste. Ses cinq:
  1. Mémoire pour l’oubli, Mahmoud Darwish
  2. Saison de migration vers le Nord, Tayyeb Saleh
  3. La trilogie ou Enfants de l’allée par Mahfouz (Je triche mais ils devraient tous les deux figurer sur la liste.)
  4. Saignement de la pierre, Ibrahim al-Koni
  5. Histoires de Youssef Idris en arabe

ifeddal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *